Les articles de gestion du patrimoine

Vous êtes nombreux à épargner pour votre retraite, en plus des cotisations payées à la CARMF. Vous utilisez un contrat de retraite dit « Madelin » ou/et un PERP (Plan Epargne Retraite Populaire). Vous êtes même peut-être déjà passé à la nouvelle enveloppe venant remplacer définitivement les 2 produits cités ci-dessus : un PER individuel (Plan Epargne Retraite Individuel) mis en place par la loi Pacte du 22 mai 2019. Tous ces produits ont, entre autres, comme point commun de voir leurs cotisations déduites de votre impôt sur le revenu, donc à la clef une économie d’impôt.…

Comme tout investissement, l’achat des murs d’un cabinet ne doit pas se faire à la légère. Il convient de penser à long terme afin de choisir le bien le plus à même de vous procurer un capital ou des revenus réguliers lors de votre cessation d’activité.

Nous allons voir que ce projet prévoit quelques allégements, ainsi que la prorogation de certains avantages, toutefois sans grandes surprises. Malheureusement, quelques durcissements seront aussi à prévoir. Comme toujours, profitez des avantages qui vous sont favorables aujourd’hui, nous ne savons pas de quoi demain sera fait !

Les questions en matière de fiscalité sont toujours plus nombreuses ! Quel type d’abattement choisir dans le cas d’une cessation d’activité ? L’investissement dans le monument historique est-il toujours intéressant ? Comment réduire, voire supprimer, la contribution exceptionnelle pour hauts revenus ? Trouvez les réponses qui conviennent à votre situation personnelle au travers notamment de l’audit des avis d’imposition !

Avec la loi Pacte, vous pouvez désormais transférer les avoirs de vos contrats d’assurance-vie de plus de 8 ans sur vos produits retraite : Madelin, PERP ou Préfon. D’un point de vue strictement fiscal, cette démarche paraît a priori intéressante, mais il convient d’en analyser les avantages et inconvénients.

L’an dernier (revenus 2018), c’était l’année blanche, et donc pas d’imposition sur les revenus courants gommés par le crédit d’impôt pour la modernisation du recouvrement (CIMR) qui figure sur votre avis d’imposition. Seuls les revenus exceptionnels étaient imposables ! Malheureusement, la récréation est terminée et nous devons revenir aux choses sérieuses.