Oncologie

Depuis un peu plus de 10 ans, l’ère des chimiothérapies « classiques » a laissé place à celle des chimiothérapies « ciblées » qui inhibent de façon spécifique une molécule impliquée dans des voies de signalisation du cancer. Parmi ces nouveaux traitements, les « checkpoint-inhibiteurs » (ou inhibiteurs du point de contrôle) et les petites molécules inhibitrices comme les BRAF- et MEK-inhibiteurs font partie du nouvel arsenal thérapeutique permettant de stabiliser des patients jugés jusqu’alors intraitables.

M. M., 78 ans, monophtalme post-traumatique, consulte pour une baisse d’acuité visuelle brutale de l’œil gauche. Ses antécédents sont un AVC, une myélodysplasie, la maladie d’Alzheimer et une insuffisance rénale chronique. Il est sous antiagrégants plaquettaires et anticoagulants.

Nous étudions le cas d’une patiente âgée de 75 ans présentant une hypertonie oculaire bilatérale connue. Elle ne présente pas d’antécédents médico-chirurgicaux personnels et familiaux, à l’exception d’une hypercholestérolémie non traitée. Récemment installée dans notre région, la patiente se présente en 2015 à notre consultation pour être suivie au sein de notre cabinet.

Mme M., âgée de 38 ans, consulte pour métamorphopsie de l’œil gauche depuis 1 semaine. Elle n’a pas d’antécédent ­hormis une hypertension artérielle.

Peu de publications détaillent les caractéristiques des tumeurs rétiniennes vasoprolifératives associées aux uvéites. Ces lésions, différentes des hémangiomes rétiniens de la maladie de von Hippel-Lindau, sont rares, bénignes, et parfois difficiles à visualiser cliniquement. Idiopathiques dans 74 à 80% des cas, elles peuvent aussi être secondaires à d’autres pathologies ophtalmologiques. Le traitement implique la prise en charge étiologique de l’uvéite et celle, spécifique, des lésions vasoprolifératives.

Une patiente de 55 ans consulte pour une baisse d’acuité visuelle brutale bilatérale. Cette patiente présente un antécédent de carcinome mucineux ovarien compliqué de métastases hépatiques, en cours de traitement. Elle n’a pas d’autre antécédent, notamment sur le plan ophtalmologique.

La rétinopathie radique représente un enjeu visuel important dans les suites du traitement conservateur des tumeurs malignes intraoculaires ; mais aussi dans les suites du traitement par radiothérapie des cancers de voisinage en particulier les tumeurs cérébrales et de la sphère ORL.

Les tumeurs malignes intraoculaires avancées non accessibles à un traitement conservateur nécessitent une prise en charge par exérèse de l'œil contenant la lésion. La chirurgie de choix est dans ce cas l'énucléation, seule envisageable sur le plan carcinologique.

Les inhibiteurs de MEK (cobimetinib et trametinib) sont actifs dans divers cancers métastatiques et ont obtenu une AMM dans le traitement du mélanome avancé en association à un BRAF inhibiteur. Ils présentent une bonne tolérance générale avec des effets secondaires principalement digestifs, hépatiques et dermatologiques. Des effets secondaires ophtalmologiques peuvent survenir chez 30 % à 50 % des patients traités, en majorité des décollements séreux rétiniens maculaires, spontanément résolutifs sans séquelles et généralement compatibles avec la…

Le rétinoblastome est la tumeur maligne la plus fréquente de l'enfant. L'atteinte peut être bilatérale (âge moyen au diagnostic de 12 mois) ou unilatérale (diagnostic à 24 mois). Dans les pays industrialisés, le pronostic vital est bon avec plus de 95 % de guérisons, mais le pronostic visuel dépend de l'étendue des lésions et leur localisation. De nouvelles modalités thérapeutiques et l'arrivée d'outils d'imagerie tels que des OCT à usage pédiatrique ont considérablement modifié la prise en charge et le suivi de ces enfants.

Le diagnostic des tumeurs intraoculaires repose en grande partie sur l'examen clinique. Il permet par la suite de proposer des examens complémentaires orientés. Le bilan habituel est alors le suivant : rétinophotographies couleur, clichés en lumière rouge, angiographie à la fluorescéine et au vert d'indocyanine, OCT avec techniques de visualisation optimale de la choroïde (EDI, Swept Source) et l'échographie B, indispensable. L'imagerie très grand champ peut, elle, être d'une aide précieuse à la fois au moment du diagnostic initial mais également dans le suivi et la…

L'œdème maculaire est considéré comme le signe le plus précoce et le plus fréquent de la maculopathie radique consécutive à un traitement radiothérapique d'une tumeur intraoculaire. Elle est responsable d'une baisse d'acuité visuelle majeure. La photocoagulation laser focale, les corticostéroïdes et les anti-VEGF intravitréens ont démontré une relative efficacité chez des patients choisis. Ces résultats demandent cependant confirmation par des études randomisées ou des cohortes plus consistantes.

Le traitement du mélanome choroïdien dépend de la taille et de la localisation de la tumeur, de la vision de l'œil atteint et de celle de l'œil controlatéral, de l'âge, de l'état général du patient, de ses préférences, mais également des modalités thérapeutiques disponibles. Le traitement peut être radical (énucléation) ou conservateur. De plus en plus de patients bénéficient d'une thérapie multimodale afin d'augmenter les chances de conservation oculaire.

Mme B.E. âgée de 40 ans consulte pour une baisse progressive de l'acuité visuelle de l'œil droit. L'examen clinique ophtalmologique trouve une acuité visuelle corrigée de 5/10 à droite et 10/10 à gauche et au niveau du segment antérieur la présence de nodules de Koeppe aux deux yeux.

Lorsque le fond d'œil est réalisé et trouve une lésion pigmentée, il faut reconnaître les naevi bénins et suspects et les différencier des mélanomes : il s'agit d'un des problèmes les plus difficiles.

Webinars d'Ophtalmologie Pratique

Forme digitale - France

4e édition des Webinars d'Ophtalmologie Pratique sur le Thème : Actualités en rétine médicale

Session DPC validante

Informations et inscription : lien

Rétine en Pratique

Paris - France

​​​​​​Pour en savoir plus : lien

EFCLIN - European Federation of the Contact Lens and IOL Industries

Barcelone - Espagne

48th EFCLIN Congress and Exhibition 

Informations : Lien
​​​​​​​

ARVO 2022

Denver - Etats-Unis

Annual Meeting 2022 Association for Research in Vision and Ophthalmology

Informations : Lien

Journées d'Ophtalmologie Aixoises

Aix-en-Provence - FRANCE

Après plus d’un septennat d’absence, les « Journées d’Ophtalmologie Aixoises » seront de nouveau là.
De la vidéo pour toutes les communications médicales et chirurgicales.
"Aix Ophtalmo in Video Veritas" 

Informations et inscription : Lien

BIENNALE AZUREENNE DE CONTACTOLOGIE

Nice - France

"Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la contactologie en 2022 sans jamais oser le demander…"

La 6e Biennale Azuréenne de Contactologie organisé par Contacto Côte d'Azur avec le soutien de la SFOALC se tiendra à Nice à l'hôtel Westminster

Inscription et renseignements

DMLA en pratique

Paris - France

DMLA en Pratique. Journée d'enseignement. Maison de la Chimie. Informations : mail - Programme : Lien

ISER - International Society for Eye Research

Gold coast - Australie

XXIV Biennal meeting of the International Society for Eye Research 

Informations : Lien

Formule 100% web

à partir de
40
an
  • Consultation illimitée de tous les numéros sur le site