Angio OCT

Au cours des 20 dernières années l’imagerie par OCT n’a cessé de progresser, pour devenir incontournable. En parallèle, la prise en charge thérapeutique des maladies rétiniennes a considérablement évolué. Or, de nouvelles avancées pourraient se concrétiser dans les années à venir ; par exemple Jean-François Korobelnik n’exclut pas que la technologie de l’OCT-A puisse un jour remplacer les angiographies. 

Le déficit en cellules souches limbiques (DCSL) est l’expression d’un double processus : une régénération insuffisante de l’épithélium de la cornée, ne pouvant assurer son maintien physiologique (homéostasie), associée à une invasion cornéenne par une prolifération conjonctivale. Il peut être dû à des étiologies variées résultant d’une diminution du nombre de cellules souches limbiques ou d’une anomalie de leur fonction.    

8-9 décembre 2017, Session diabète.   Apport de l’OCT-A dans la rétinopathie diabétique (A. Gaudric, Paris) Lors de cette première présentation, Alain Gaudric a repris les points forts de l’OCT-A dans le diabète. Tout d’abord, l’OCT-A permet-elle de diagnostiquer plus précocement la rétinopathie ? 

L’OCT-angiographie (OCT-A) est une technique d’imagerie vasculaire rapide non ­invasive qui ne nécessite pas d’injection de produit de contraste. Si les appareils actuellement disponibles fournissent déjà des informations fonctionnelles en profondeur en 3 dimensions, les prochaines générations permettront d’améliorer certains aspects afin d’obtenir des analyses plus précises et plus rapides.

Formule 100% web

à partir de
40
an
  • Consultation illimitée de tous les numéros sur le site