Les articles de contactologie

Les lentilles rigides « gardent la cote » : moins souvent adaptées que les lentilles souples, elles apportent une correction de meilleure qualité, une sécurité qui les font préférer chez les enfants, et un confort meilleur – passé la période d’adaptation – en cas de sécheresse modérée. L’adaptation est plus technique et repose sur des principes simples pour le choix du matériau, du diamètre, des rayons centraux et périphériques, de la puissance, et des solutions d’entretien. L’aide technique des fabricants va guider l’adaptateur depuis les premiers pas…

Le kératocône touche environ 5 à 15% des enfants et des adultes atteints du syndrome de Down, contre 2 à 3 personnes sur 1 000 dans la population générale. Cette maladie est encore de nos jours sous-diagnostiquée. C’est pour cette raison que je souhaite en parler, afin de sensibiliser à la nécessité de son dépistage, tout particulièrement chez les personnes atteintes de trisomie 21.

L’équipement par orthokératologie du myope presbyte est rendu possible du fait de la multifocalité induite par la méthode. Dans le cas d’un patient qui présente un astigmatisme interne, quelques mises au point sont toutefois nécessaires, notamment chez le sujet plus âgé en raison de la croissance cristallinienne et la rigidification corticale ­progressive. Grâce aux appareils OCT de segment antérieur et d’UBM, il est désormais possible de revenir sur les mécanismes de l’accommodation.

Une patiente âgée de 28 ans est adressée pour avis sur un astigmatis­me cornéen et une acuité visuelle fluctuante. En effet, sa meilleure acuité visuelle avec correction est mesurée à 9/10 sur l’œil droit et 5/10 sur l’œil gauche.

Un patient âgé de 36 ans est adressé pour la prise en charge en contacto­logie d’un kératocône unilatéral connu depuis plusieurs années. Il ne porte aucune correction optique, exerce la profession d’ingénieur et ne présente pas de terrain atopique.

Formule 100% web

à partir de
40
an
  • Consultation illimitée de tous les numéros sur le site