Maté Streho

Tous les articles de cet auteur

Imagerie échographique

Depuis les premières échographies de l’œil, réalisées dans les années 1950 et simplement destinées à établir un diagnostic, les techniques et les champs d’application ont considérablement évolué. L’imagerie échographique conserve donc, malgré l’avènement de l’OCT, un intérêt indéniable dans la détection et le traitement des pathologies oculaires. Lire la suite

Echos SFO 2016. Imagerie

L’imagerie a été encore à l’honneur lors du 122e congrès de la SFO. Cet article n’est qu’un bref résumé des principales nouveautés dans ce domaine et leurs champs d’applications qui ne cessent d’évoluer dans tous les domaines. Lire la suite

Matériel d’imagerie du segment antérieur

1. OCT du segment antérieur, pachymètre et microscope spéculaire Ce dossier s’inscrit dans la tradition des Cahiers d’Ophtalmologie des articles sur le matériel et présente les OCT du segment antérieur, les pachymètres et les microscopes spéculaires. Son objectif est donc de faire connaître aux ophtalmologistes les appareils actuellement disponibles sur le marché, notamment pour les aider à s’équiper de l’appareil le plus adapté à leur besoin.   Lire la suite

Biométries difficiles

La biométrie est une étape clé dans la chirurgie de la cataracte. Elle permet de déterminer en préopératoire la puissance de l'implant intraoculaire pour obtenir l'amétropie souhaitée pour le patient. La précision de cette biométrie a beaucoup évolué lors de ces dernières années en même temps que les techniques opératoires. Depuis les travaux de Drexler en 1998, nous savons que la précision réfractive dépend de quatre paramètres indépendants : précision des mesures, précision des formules, précision de la technique chirurgicale et précision intrinsèque des implants. Les principales sources d'erreurs de la biométrie sont les erreurs de mesure de la kératométrie, de la profondeur de chambre antérieure et de la longueur axiale. Lire la suite

Matériel d’exploration du segment postérieur. Echographie

Cet article s'inscrit dans la lignée du numéro des Cahiers d'Ophtalmologie n°189 (avril 2015) paru lors de la SFO 2015 dédié au matériel d'imagerie du segment postérieur. L'échographie garde une place de choix notamment en cas de troubles des milieux transparents (opacités cornéennes, hyphéma, cataracte dense, hémorragie intravitréenne...). Certes la résolution de l'échographie est inférieure à celle de l'OCT mais sa fenêtre d'examen très large permet de visualiser des anomalies au niveau du vitré antérieur ou de la périphérie rétinienne. Parmi les principaux inconvénients de cet examen, il faut garder à l'esprit une courbe d'apprentissage, un examen non délégable et opérateur-dépendant. Lire la suite

Echos SFO 2015. Imagerie

L'imagerie a encore été à l'honneur lors du 121e congrès de la SFO comme le montre ce résumé des principales nouveautés dans le domaine de l'imagerie et leurs champs d'applications qui ne cessent d'évoluer. Lire la suite

Matériel d’imagerie du segment postérieur

Ce dossier s'articule autour de trois chapitres : les rétinographes, les angiographes et les OCT. Pour chaque partie la méthodologie a été la même. Nous avons sollicité tous les fabricants en étant le plus exhaustif possible sur leurs différents produits. Pour chaque appareil, nous avons demandé les points suivants : - données techniques (pour pouvoir les comparer entre elles), - leurs avantages par rapport à la concurrence, - un exemple d'image obtenu avec l'appareil et le prix. Tous les résultats ont été synthétisés, résumés et mis en forme pour les rendre le plus accessibles possible. Bien évidemment, ce numéro ne se prétend pas être strictement exhaustif et si certains produits ne sont pas mentionnés, ce n'est que par absence de volonté de communication du fabricant ou par manque de données objectives. L'objectif de ce numéro est de permettre, à ceux qui le souhaitent, de se mettre à jour sur les derniers appareils disponibles dans le domaine de l'imagerie de la rétine. Lire la suite

Nouveautés en OCT

Cet article fait suite au numéro spécial OCT des Cahiers d'Ophtalmologie ( n°169, avril 2013 ) et a pour but de présenter les principales nouveautés et innovations présentes ou à venir sur les appareils d'OCT. Avec les différents appareils (plus de huit appareils dis ponibles), les différentes générations (time domain, spectral domain ou encore swept source), il devient de plus en plus difficile de s'y retrouver... C'est pourquoi un petit résumé nous semblait utile pour, soit mettre à jour son appareil, soit choisir un appareil à acheter. Lire la suite

L’imagerie en réseau

La prise en charge d'un patient en ophtalmologie inclut très fréquemment la réalisation d'examens complémentaires pour diagnostiquer, confirmer, traiter et suivre l'évolution d'une pathologie. À l'heure actuelle, où les méthodes d'investigation sont de plus en plus nombreuses et précises, qu'en est-il de la visualisation et du stockage de ces images et résultats ? Afin de gérer des volumes de données d'examens diagnostiques de plus en plus importants, la mise en place d'un réseau au sein des cabinets d'ophtalmologie est la solution la plus courante. Comment fonctionnent ces systèmes d'imagerie en réseau, quelles sont les précautions à prendre pour sécuriser les données médicales, les différents logiciels disponibles sur le marché français et quelles solutions demain, sont les différents thèmes abordés dans cet article. Lire la suite

Cataracte - Biométries difficiles

La biométrie est une étape clé dans la chirurgie de la cataracte. Elle permet de déterminer en préopératoire la puissance de l'implant intraoculaire pour obtenir l'amétropie souhaitée pour le patient. Sa précision a beaucoup évolué lors de ces dernières années en même temps que les techniques opératoires. Depuis les travaux de Drexler en 1998, nous savons que la précision réfractive dépend de quatre paramètres indépendants: précision des mesures, précision des formules, précision de la technique chirurgicale et précision intrinsèque des implants. Les principales sources d'erreurs de la biométrie sont les erreurs de mesure de la kératométrie, de la profondeur de chambre antérieure et de la longueur axiale. Lire la suite

OCT : le comparatif

L 'incroyable essor de l'OCT a été rendu possible par le développement des appareils sur le plan technique, ergonomique et par la rapidité des examens. Il s'agit d'un véritable prolongement de l'examen clinique qui trouve sa place dans pratiquement toutes les pathologies du segment antérieur et postérieur. Ces appareils ont imposé une nouvelle sémiologie. Ce comparatif a pour objectif de présenter dans un même article pratiquement tous les appareils actuellement disponibles sur le marché.  Lire la suite

Imagerie du glaucome

L'imagerie du glaucome, en pleine évolution, permet d'analyser à la fois les structures anatomiques dépendantes des atteintes glaucomateuses, mais aussi la fonction du nerf optique. L'intérêt d'une détection précoce de la maladie glaucomateuse pousse à réaliser l'imagerie la plus performante pour la détection la plus précoce possible soit d'une atteinte fonctionnelle, soit d'une atteinte anatomique, dans le but d'instaurer un traitement dès les premiers signes d'atteinte oculaire liés à l'hypertonie. Lire la suite

Glaucome uvéitique

Lors d'une uvéite aiguë, la pression intraoculaire (PIO) peut être soit normale, soit basse, soit élevée. L'hypotonie résulte d'une sidération des procès ciliaires avec baisse de la sécrétion d'humeur aqueuse et d'une ouverture des voies uvéosclérales avec augmentation de l'écoulement. L'hypertonie résulte du déséquilibre entre la production de l'humeur aqueuse par le corps ciliaire inflammatoire et son évacuation à travers le trabéculum inflammatoire. Il s'agit d'une complication fréquente : 10 à 20 % des uvéites développent une hypertonie (HTO) et 10 % se compliquent de neuropathie glaucomateuse [1]. Lire la suite

Imagerie du segment antérieur par OCT

L’analyse sémiologique dans le glaucome est basée sur l’examen clinique comme la gonioscopie. L’imagerie dite « en coupe » apporte un complément d’information et souvent une nouvelle sémiologie permettant soit de compléter, soit de confirmer avec certitude les éléments cliniques. En effet, la gonioscopie permet-elle de distinguer des kystes irido-ciliaires en arrière de l’iris ou encore de mesurer de manière quantitative l’ouverture de l’angle irido-cornéen ? A contrario, l’imagerie de l’angle permet-elle de déterminer le degré de pigmentation du trabéculum ? Il s’agit donc d’une complémentarité, à l’image de l’OCT maculaire en complément du fond d’œil dans les pathologies maculaires. Lire la suite

Information auteur

Email : mstreho@yahoo.fr

Etablissement : Centre Explore Vision, Paris ; Centre d’exploration de la vision, Rueil-Malmaison ; Hôpital Lariboisière, Paris

Profession : Ophtalmologiste