Echographie

Le glaucome est une neuropathie optique chronique progressive, dont le but du traitement est de ralentir la progression afin d’éviter une perte fonctionnelle importante et, par conséquent, de préserver la qualité de vie des patients. Il s’avère donc important d’identifier les facteurs de risque oculaires et extraoculaires de progression afin de cibler les patients à fort risque d’évolution et de les traiter de manière agressive.

Le glaucome est une pathologie fréquente, dont la prévalence est amenée à fortement augmenter dans les années à venir du fait du vieillissement de la population, constituant de ce fait un problème de santé publique mondial. L’organisation classique, avec une consultation ophtalmologique « en face à face », ne permettra donc pas une prise en charge convenable de toutes les personnes atteintes d’un glaucome ou devant être dépistées, et d’autres solutions, telles que la télémédecine et l’aide à l’interprétation des données par l’intelligence artificielle, doivent…

Le glaucome est une neuropathie optique progressive dont le principal facteur de risque est l’hypertonie oculaire. Cependant, la physiopathologie de cette maladie est encore mal comprise et pourrait être secondaire à d’autres mécanismes. L’hypoperfusion de la tête du nerf optique semble jouer un rôle dans le glaucome mais l’exploration de ce mécanisme physiopathologique a toujours été limitée par l’absence de technique permettant l’analyse de la vascularisation de la tête du nerf optique. En permettant une analyse précise de l’architecture vasculaire de la région…

Le glaucome est une neuropathie optique dégénérative progressive d’origine multifactorielle, mais dans laquelle la pression intraoculaire (PIO) joue en rôle important. À ce jour, de nombreuses possibilités thérapeutiques médicales, laser ou chirurgicales peuvent contrôler la maladie mais la PIO reste la seule cible thérapeutique disponible, et ce probablement encore pour de nombreuses années. Cependant, les besoins restent importants dans le traitement du glaucome. Le développement de nouvelles molécules améliorant ou potentialisant la baisse de PIO et de nouvelles voies…

L’émergence de nouvelles chirurgies du glaucome refonde les algorithmes de prise en charge de cette maladie. L’an dernier, près de 2 300 procédures de MIGS ab interno ont été enregistrées par l’Assurance maladie, soit à peu près autant que de sclérectomies profondes non perforantes (2 500 actes). Quelle place occupent-elles dans notre stratégie thérapeutique ?