Eric H. Souied

Tous les articles de cet auteur

Quand la DMLA se bilatéralise

Mme D., 72 ans, est suivie dans le service d’ophtalmologie du centre hospitalier intercommunal de Créteil pour une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) exsudative de son œil droit. Elle ne présente pas d’antécédents particuliers. Lire la suite

Traitement des vasculopathies polypoïdales choroïdiennes en 2016

La vasculopathie polypoïdale choroïdienne (VPC) se manifeste généralement par un décollement séro-hémorragique de l’épithélium pigmentaire. Elle peut être idiopathique ou secondaire (DMLA exsudative, CRSC/ERD, myopie forte, radiothérapie…). Il est primordial de différencier la VPC d’une DMLA exsudative « classique » car les protocoles thérapeutiques actuels, ainsi que la réponse au traitement sont différents. Lire la suite

Comment choisir le schéma thérapeutique pour la prise en charge d’une DMLA exsudative ?

L’avènement des anti-VEGF a constitué une révolution pour la prise en charge des patients souffrant de DMLA et pour leur pronostic visuel. L’émergence concomitante de l’OCT a bousculé les pratiques en mettant au centre de la prise en charge ce nouvel outil diagnostic performant. De ce fait, le traitement de la DMLA exsudative repose à présent exclusivement sur ces molécules. L’information initiale des patients sur les modalités du traitement et de son caractère potentiellement répété et chronique, ainsi que sur l’importance de la régularité du suivi est primordiale. Lire la suite

Quelle est la place de l’OCT-A dans le suivi d’une DMLA exsudative en 2017 ?

Le diagnostic des pathologies rétiniennes repose, depuis plus de 60 ans, sur l’angiographie à la fluorescéine. L’avènement de l’angiographie au vert d’indocyanine (ICG), il y a 20 ans, a également permis la visualisation de la vascularisation choroïdienne, et, par conséquent, une meilleure détection de ces pathologies. L’OCT-angiographie (OCT-A) est un nouvel instrument non-invasif. Son rôle est complémentaire dans le bilan d’imagerie d’un patient avec une pathologie rétinienne, qu’elle soit vasculaire, dégénérative ou bien inflammatoire. Lire la suite

Savoir interpréter une angiographie et un examen en OCT

L'imagerie rétinienne a connu des progrès spectaculaires avec des tomographies en cohérence optique (OCT) et des angiographes de plus en plus performants permettant de comprendre, de décrire de nouvelles lésions, d'établir le suivi adéquat et ainsi cibler les thérapeutiques. À l'heure de l'émergence de l'OCT-angiographie, nous proposons de rappeler la description et l'interprétation de l'imagerie multimodale «classique» dans la DMLA per mettant de caractériser les lésions et guider au mieux la prise en charge thérapeutique personnalisée. Lire la suite

Anti-VEGF et DMLA exsudative : mise à jour

Le VEGF est un acteur essentiel dans la physiopathologie de la DMLA exsudative. Cet article rapporte les données cliniques des molécules anti-VEGF ayant obtenu une autorisation de mise sur le marché européen et leur remboursement dans cette indication, ainsi que les résultats des études de « vie réelle » et les différents schémas thérapeutiques, avec une indication des nouvelles molécules en cours d'étude. Lire la suite

L’angio-OCT : l’angiographie sans colorant

L'angiographie OCT (OCT-A) est une nouvelle technologie d'imagerie du réseau vasculaire rétinien et choroïdien issue de la tomographie en cohérence optique. Cette méthode est non invasive et ne nécessite pas d'injection intraveineuse de produit de contraste, contrairement aux angiographies à la fluorescéine et au vert d'indocyanine. Elle permet de détecter le mouvement des éléments figurés du sang au sein des vaisseaux sanguins artériels et veineux ainsi que des capillaires. Lire la suite

DMLA : les 10 signes à l’OCT qu’il faut connaitre

Les deux formes distinctes et bien connues de DMLA sont la forme atrophique et la forme néovasculaire. L'OCT est un examen de routine incontournable dans le diagnostic et le suivi des lésions liées à la DMLA : il est rapide à réaliser, indolore, reproductible et non invasif. De technologie plus récente, le Spectral Domain OCT (SD-OCT), produit moins d'artéfacts que le Time Domain OCT (TD-OCT) et fournit des images d'une résolution supérieure, permettant une analyse plus précise. Dans le cadre du suivi d'un patient atteint de DMLA exsudative, la décision thérapeutique est souvent guidée par l'identification à l'OCT des lésions témoignant d'une activité néovasculaire. L'article décrit les 10 signes à l'OCT qu'il convient de connaître dans le cadre de la DMLA. Lire la suite

Oméga-3 et DMLA : nouveautés 2013

L'année 2013 a été marquée par la publication des premiers résultats de l'essai français NAT2[3] puis de l'essai américain AREDS2[4] qui apportent des arguments supplémentaires sur le rôle des oméga-3 dans la DMLA. Lire la suite

Importance des délais de traitement dans la DMLA exsudative : le temps, c'est de la vision !

    Plusieurs études se sont intéressées aux conséquences, en termes d'acuité visuelle, de l'allongement du délai entre le diagnostic d'une lésion exsudative et la réalisation effective de l'injection intravitréenne d'anti-VEGF. Les conclusions sont claires : il faut agir vite !     Lire la suite

Quelle aiguille choisir pour réaliser une injection intravitréenne ?

Les anti-VEGF, administrés par injection intravitréenne (IVT) à 4mm du limbe, sont le traitement de première intention de la DMLA exsudative. La prévalence élevée de cette maladie entraîne une réalisation fréquente de ce geste. Le choix de l'aiguille est un facteur déterminant pour le réaliser de façon optimale. Lire la suite

DMLA exsudative versus néovaisseaux du myope fort

Tandis que la DMLA est la principale cause de malvoyance après 60 ans dans les pays développés, la maculopathie myopique touche des sujets en pleine activité professionnelle, principalement chez les patients myopes forts, les néovaisseaux apparaissant alors dans 60 % des cas avant l'âge de 60 ans. Les néovaisseaux myopiques sont différents de ceux de la DMLA, sur le plan clinique ainsi que sur le plan de leur réponse thérapeutique, beaucoup plus rapide, aux anti-VEGF. Lire la suite

DMLA exsudative versus CRSC

La chorioréthinopathie séreuse centrale (CRSC) est une affection fréquente, survenant typiquement chez un homme entre 30 et 50 ans. Elle est caractérisée par l'accumulation de liquide sous-rétinien au pôle postérieur entraînant une baisse plus ou moins importante de la vision d'un œil. Le tableau clinique de la CRSC est habituellement typique sauf dans certains cas qui peuvent prendre en imagerie un aspect voisin des néovaisseaux de la DMLA et pour lesquels le recours à l'imagerie multimodale aide le plus souvent à établir le diagnostic. Lire la suite

"En Face" OCT et DMLA

L'OCT en face permet d'obtenir simultanément des images longitudinales (B-scans) et transverses (C-scans ou frontales) de la région maculaire. Elles vont permettre une segmentation dans les divers plans de la rétine et de la choroïde, corrélée à l'infrarouge, l'autofluorescence, l'angiographie à la fluorescéine ou l'angiographie au vert d'infracyanine et montrer des signes de néovascularisation ou de vascularisation anormale choroïdienne. Pour la première fois en OCT, et sans injection de colorant, l'OCT en face peut montrer des signes directs de néovascularisation ou de vascularisation anormale choroïdienne chez des patients ayant un point de fixation suffisamment stable et des saccades palpébrales normales. Lire la suite

Epidémiologie et génétique de la DMLA

La DMLA est une maladie multifactorielle et polygénique, associant des facteurs de risque environnementaux, des facteurs liés au mode de vie et des facteurs génétiques. Lire la suite

Information auteur

Email : eric.souied@chicreteil.fr

Etablissement : Chef de service du service universitaire d’ophtalmologie CHI, Créteil

Profession : Ophtalmologiste