Muriel Poli

Tous les articles de cet auteur

Glaucome chez une femme enceinte : que faire ?

En France, l’âge moyen des mères à l’accouchement est de 30 ans. À cet âge, la prévalence du glaucome est heureusement très faible, de l’ordre de 0,16% [1], mais la pathologie doit être connue car le passage systémique des collyres expose le fœtus à de graves risques malformatifs, voire létaux. Pour des raisons éthiques, aucune étude clinique ne quantifie les risques fœtaux encourus avec l’utilisation des traitements antiglaucomateux chez la femme enceinte, et l’ensemble des recommandations émane d’études animales ou d’études rétrospectives de cas cliniques dont le niveau de preuve scientifique est moindre. Le traitement du glaucome au cours de la grossesse fait donc l’objet de controverses et nous proposons ici une revue de littérature actualisée à ce sujet. Lire la suite

OCT pour le diagnostic d’un glaucome

La tomographie en cohérence optique, dite OCT, est devenue incontournable pour le diagnostic d’un glaucome. Cependant, si objective soit-elle, sa réalisation reste opérateur-dépendante et son interprétation prudente doit se confronter à un faisceau d’arguments diagnostiques. Nous vous proposons ici de décrire les anomalies caractéristiques de la maladie glaucomateuse et d’identifier les pièges diagnostiques les plus fréquents. L’OCT de segment antérieur et l’angio-OCT, bien qu’utiles au diagnostic du glaucome, seront traitées séparément. Lire la suite

Quelle est l’évolution naturelle d’un glaucome ?

Connaître l’évolution naturelle d’un patient glaucomateux, mais aussi celle d’un sujet sain ou hypertone, sont des notions fondamentales, car elles nous permettent ­d’ élaborer notre stratégie thérapeutique et d’estimer le pronostic de la maladie . En effet, même au sein de ces 3 groupes, cette évolution naturelle n’est pas homogène . L’enjeu de notre suivi est de détecter les patients dont le pronostic visuel est menacé de handicap, afin d’optimiser une prise en charge individualisée et de déterminer la pression intraoculaire (PIO) cible . Lire la suite

Quand opérer de la cataracte ?

L’augmentation du volume cristallinien n’est pas toujours la cause d’un glaucome par fermeture de l’angle. Dans quelles circonstances est-il utile d’envisager une opération de la cataracte et pourquoi ? Après un rappel des mécanismes conduisant aux différentes formes de glaucome par fermeture de l’angle, nous décrirons les stratégies thérapeutiques chirurgicales de cette pathologie. Lire la suite

Les traitements médicaux du glaucome

De la pilocarpine au latanoprostène bunod : que de chemin parcouru dans le domaine des traitements médicaux du glaucome. Quelles nouveautés ont marqué cette année 2016 et quelles sont les innovations à venir ? Lire la suite

Glaucome post-traumatique : diagnostic, prévention et traitement

Les traumatismes oculaires représentent dans le monde une cause majeure de cécité, touchant pour 80 % des adultes jeunes de sexe masculin, de façon bilatérale dans 10 à 25 % des cas. Taie cornéenne, cataracte, hémorragie vitréenne, décollement de rétine, rupture choroïdienne, glaucome ou avulsion du nerf optique sont les causes les plus fréquentes de cécité post-traumatique. Cet article rappelle les mécanismes physiopathologiques, caractéristiques cliniques et particularités thérapeutiques du glaucome post-traumatique. Lire la suite

ARVO 2015 Perspectives d’avenir dans la recherche pour le glaucome

La prise en charge du glaucome a connu ces dernières décennies des progrès majeurs grâce à l'avènement de l'évaluation de la structure et à la diversification du panel thérapeutique dont nous disposons. Nous présentons ici quelques-unes des perspectives d'avenir les plus pertinentes de la recherche dans le glaucome présentées au congrès annuel de l'ARVO 2015. Lire la suite

Comment choisir une monothérapie ?

Le choix d'une monothérapie est une étape déterminante au cours de la maladie glaucomateuse car elle marque l'entrée du patient dans le processus de suivi qui l'accompagnera toute sa vie. Une évaluation des besoins ou de la tolérance prévisible conditionnera pour partie tant l'observance et l'adhérence au traitement que la qualité de la relation médecin-patient. Parmi le panel thérapeutique dont nous disposons, comment établir le choix d'une monothérapie en évitant un mauvais départ ? Lire la suite

L’efficacité : une priorité absolue pour vos patients glaucomateux

Ce symposium organisé par Allergan et présidé par le Pr J.-P. Renard et le Dr E. Sellem a permis de faire le point sur le choix des traitements, tous s'accordant sur l'importance d'abaisser la pression oculaire le plus précocement et le plus efficacement possible, en tenant compte de la balance tolérance/efficacité. Monothérapie en première intention ou bithérapie ? Les tenants de ces deux approches ont alimenté la controverse. Lire la suite

Le glaucome du myope fort. Quand y penser, comment l'affirmer, le suivre, le traiter ?

La myopie est un facteur de risque qui se cumule à l'ensemble des autres facteurs de risque classiques du glaucome, qu'un interrogatoire et un examen clinique minutieux devront rechercher. Le champ visuel est l'examen clef du diagnostic de glaucome mais en cas de myopie forte, de multiples artéfacts rendent son interprétation incertaine. En revanche, les mesures quantitatives de la tête du nerf optique, de l'épaisseur de la couche des fibres nerveuses rétiniennes péripapillaires ou encore du complexe des cellules ganglionnaires maculaires, ont montré leur intérêt dans la détection précoce et le suivi de la neuropathie optique glaucomateuse. Le traitement topique hypotonisant des glaucomateux myopes forts ne diffère pas de celui de l'emmétrope, en évitant toutefois la pilocarpine et en privilégiant les collyres non conservés. Lorsque les objectifs pressionnels ne sont pas atteints et/ou lorsque l'évolution est défavorable, une chirurgie filtrante pourra être indiquée. Lire la suite

Information auteur

Email : murielpoli@hotmail.com

Etablissement : Centre ophtalmologique Pôle Vision Val d’Ouest, Ecully ; Centre hospitalier universitaire Lyon-Sud, Pierre Bénite

Profession : Ophtalmologiste