Laurent Laloum

Tous les articles de cet auteur

Strabisme : le choix entre les options chirurgicales

Au cours de la prise en charge du strabisme, l’échec le plus fréquent est l’abstention chirurgicale devant un strabisme disgracieux. Cet article s’adresse avant tout aux non-strabologues. Il est constitué de petits blocs pouvant être lus indépendamment les uns des autres. Lire la suite

Diplopies chez l’adulte : bilan, traitement et surveillance

Toute diplopie est a priori une urgence. Affirmer que telle ou telle diplopie n'était pas une urgence ne peut être que rétrospectif. La prise en charge d'une diplopie comporte des étapes dont aucune ne peut être méconnue : 1. Existe-t-il des arguments faisant craindre une extrême urgence ? 2. L'établissement du diagnostic oculomoteur. 3. La recherche de l'étiologie de la diplopie. 4. La mise en œuvre d'un premier traitement symptomatique de la diplopie : prismes ou secteur. 5. Le traitement idéal de la diplopie. Lire la suite

Ophtalmo/pédiatrie - Strabisme : quand opérer et comment l’expliquer aux parents ?

Le but de l'opération d'un strabisme est parfois fonctionnel mais le plus souvent esthétique, ou plus exactement à la fois esthétique, psychologique et social. Il faut donc opérer quand les indications fonctionnelles ont été établies et lorsque la rééducation orthoptique n'a pas suffi, mais également en cas de moqueries à l'école,indication urgente et formelle, ou de demande esthétique justifiée, même sans moqueries à l'école. Autant de raisons qu'il faut expliquer aux parents, en ajoutant le risque anesthésique. La meilleure façon de rassurer les enfants est de leur expliquer l'opération, sans leur mentir ni omettre certains aspects, et de se préparer à détourner l'attention des plus jeunes. Lire la suite

Quelques aphorismes neuro-ophtalmologiques

Quelques aphorismes en neuro-ophtalmologie permettent d'éviter les pièges qui sont nombreux. Monique Schaison qui a fondé la neuro-ophtalmologie française est la créatrice de la plupart de ces aphorismes et l'instigatrice des autres. Quant aux urgences, le plus simple et le plus réaliste est de se dire qu'en neuro-ophtalmologie, tout ce qui est récent est certainement urgent, tant que l'on n'a pas fait le diagnostic ; mais ce qui est ancien est peut-être urgent aussi. Ainsi, affirmer qu'un trouble neuro-ophtalmologique n'est pas une urgence ne peut être que rétrospectif. Lire la suite

Information auteur

Email : laurent@laloum.fr

Etablissement : Paris

Profession : Ophtalmologiste