Une étude comparative des trois anti-VEGF dans l'OMD

 

Les premiers résultats à deux ans de l’étude Protocol T menée par le Diabetic Retinopathy Clinical Research Network (DRCR.net) comparant Eylea, Avastin et Lucentis dans le traitement de l’œdème maculaire du diabétique (OMD) ont été révélés à l’occasion du symposium d’hiver de l’Aecos (American-European Congress of Ophthalmic Surgery 28/2-2/3/2016, Aspen, Colorado, USA) et publiés dans Ophthalmology [1].

Certaines différences significatives entre les trois produits apparues à la fin de la première année n’ont plus été constatées, notamment pas de différence significative entre l’Eylea 2 mg et le Lucentis 0,3 mg quelle qu’ait été l’acuité visuelle (AV) initiale. Les résultats montrent une amélioration de l’AV et une réduction du nombre nécessaire d’injections.

Dans cette étude, 660 patients diabétiques depuis 17 ans (diabète de type 1 ou 2) souffrant d’une perte d’AV à la suite d’un OMD ont été randomisés en trois groupes de traitement : Eylea 2mg (aflibercept), Avastin 1,25 mg (bévacizumab) et Lucentis (ranibizumab). L’AV était de 20/32 ou 20/40 pour la moitié des patients et inférieure ou égale à 20/50 pour la seconde moitié. Les visites étaient mensuelles la première année et le délai pouvait ensuite aller jusqu’à quatre mois en cas de stabilité de l’AV la deuxième année. Un traitement laser a été administré en cas de persistance de l’OMD sans amélioration au delà de six mois.

Le gain total d’AV à l’issue de la deuxième année a été respectivement de 12,8 lettres pour Eylea, 10 lettres pour Avastin et 12,3 lettres pour Lucentis.

Si l’AV initiale était comprise entre 20/32 et 20/40, le gain a été de 7,8 lettres pour Eylea, 6,8 lettres pour Avastin et 8,6 lettres pour Lucentis sans différence significative entre les drogues.

Si l’AV était inférieure à 20/50, le gain a été de 18,1 lettres pour Eylea, 13,3 lettres pour Avastin et 16,1 lettres pour Lucentis avec une différence significative entre Eylea et Avastin (p = 0,02) mais pas entre Eylea et Lucentis (p = 0,18).

Le nombre médian d’injections, de 9 en moyenne la première année, a été réduit à 5 ou 6 au cours de la deuxième année.

Le taux de patients ayant reçu un traitement laser a été de 41 % pour Eylea, 64% pour Avastin et de 52 % pour Lucentis.

Sur le plan de la sécurité, le taux d’évènements indésirables ATPC (Antiplatelet Trialists’ Collaboration) a été de 5 % pour Eylea, 8 % pour Avastin et de 12 % pour Lucentis. La différence entre Eylea et Lucentis était significative (p < 0,047) mais pas entre Eylea et Avastin (p = 0,34) ni entre Lucentis et Avastin (p = 0,20). Cependant, les auteurs ont déclaré que les informations concernant ces évènements ATPC n’avaient pas été pleinement démontrés dans le rapport précédent et que le nombre plus grand de ces évènements avec le Lucentis devait faire l’objet d’évaluations complémentaires.

1. Wells JA, Glassman AR, Ayala A, et al. Aflibercept, bevacizumab, or ranibizumab for diabetic macular edema: two-year results from the comparative effectiveness randomized clinical trial. Ophthalmology [published online ahead of print February 27, 2016].

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous