Un biomarqueur du glaucome

 

Selon le Dr Rajendra S. Apte, de la faculté de médecine à l’université de Washington, « les tests du glaucome mesurent les cellules mortes, ce qui de toute façon n’est pas réversible. Mais si nous pouvons identifier les cellules sous stress, alors il pourrait y avoir la possibilité de préserver ces cellules et donc la vision. »

 

Or son équipe pense avoir trouvé un moyen de le faire. En étudiant des rats, des souris et l’humeur aqueuse prélevée chez des patients glaucomateux, les chercheurs ont identifié un biomarqueur, la protéine GDF15, qui semble lié au ­niveau de stress des cellules ganglionnaires et à la sévérité du glaucome. Il leur faudra à présent suivre l’évolution de ce biomarqueur en fonction de la progression de la maladie avant de pouvoir espérer en faire un outil de diagnostic. Ce que les chercheurs comptent faire dans une étude prospective sur au moins plusieurs mois.

Ban N, Siegfried CJ, Lin JB et al. GDF15 is elevated in mice following retinal ganglion cell death and in glaucoma patients. JCI Insight. May 4, 2017.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous