Un bel espoir contre la DMLA humide

Ils peuvent de nouveau lire. Deux patients (une femme d’une soixantaine d’années et un homme de 86 ans) ­atteints de DMLA humide sévère, qui ne pouvaient donc plus lire, même avec lunettes, ont été opérés avec succès par des chercheurs britanniques.

Ceux-ci leur ont placé sous la rétine, lors d’une intervention d’une à deux heures, un patch constitué de cellules épithéliales pigmentaires rétiniennes, différenciées à partir d’une seule cellule souche embryonnaire. Et le patch a ainsi remplacé les cellules lésées par la maladie et rendu une partie de la vue aux deux patients. D’après l’hôpital de Moorfield, où a eu lieu l’étude, ils peuvent à présent lire de 60 à 80 mots par minute avec de simples lunettes de lecture. Un an après l’opération, l’acuité visuelle des patients s’est améliorée de 21 lettres pour l’un et de 29 lettres pour l’autre. Une immunosuppression locale a dû être mise en place mais les chercheurs annoncent que la sécurité et la faisabilité du traitement ont été validées. Des essais plus larges devront bien sûr être menés, mais les scientifiques sont optimistes et espèrent que le traitement pourra être disponible dans cinq ans et permettre également de lutter contre la DMLA atrophique.

Source : da Cruz L, Fynes K, Georgiadis O et al. Phase 1 clinical study of an embryonic stem cell-derived retinal pigment epithelium patch in age-related macular degeneration. Nat Biotechnol. 19 mars 2018. doi: 10.1038/nbt.4114.

© Jerome Rommé

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous