Quand la vision de nuit se maintient malgré une maladie dégénérative de la rétine

D’après une étude sur un modèle murin de rétinite pigmentaire (RP), les cellules bipolaires de la rétine compensent la perte des photorécepteurs en bâtonnets. Cette plasticité homéostatique permet le maintien de la vision de nuit.

La RP des souris était causée dans cette étude par une mutation de P23H dans la rhodopsine, et l’étude menée à un stade relativement précoce de la maladie (à 1 mois). La pathologie entraînait une dégénérescence des photorécepteurs en bâtonnets, laquelle a été suivie d’une optimisation par les cellules bipolaires du signal électrique avec les photorécepteurs restants. La vision de nuit a été maintenue malgré la perte de plus de la moitié des photorécepteurs. Ces résultats suggèrent une adaptation rétinienne permettant la persistance de la fonction visuelle. Les mécanismes exacts de plasticité homéostatique doivent maintenant être mieux étudiés. Homeostatic plasticity in the retina is associated with maintenance of night vision during retinal degenerative disease. Leinonen H et al. eLife 2020;9:e59422.