Première thérapie génique mondiale dans le traitement de la DMLA sèche

L’université d’Oxford, au Royaume-Uni, a annoncé mi-février avoir réalisé la première thérapie génique mondiale dans le traitement de la DMLA sèche.

Celle-ci a consisté à injecter à l’arrière de la rétine d’une patiente de 80 ans une solution comprenant un virus à l’ADN modifié : celui-ci porte un gène qui vise à « désactiver » le système du complément (hyper actif dans la DMLA) dans l’épithélium pigmentaire rétinien. Les chercheurs espèrent ainsi bloquer l’évolution de la maladie et préserver la vision des patients. Neuf autres personnes devraient prendre part à cet essai clinique.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous