Plus de rétinoblastome en Europe… car ils sont mieux traités

C’est une sorte de paradoxe, et pourtant… une équipe internationale de chercheurs vient de montrer que l’incidence du rétinoblastome a augmenté en Europe depuis les années 1990, probablement parce que la meilleure prise en charge de cette pathologie a permis une augmentation des cas de rétinoblastomes héréditaires.

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont récolté les nouveaux diagnostics de rétinoblastome dans des centres spécialisés à travers 40 pays européens tout au long de l’année 2017. Ils ont au final retenu 294 patients pour lesquels les données étaient complètes dans 24 pays et en ont déduit un taux d’incidence de 1 pour 13 315 (alors que jusqu’ici, le taux d’incidence était estimé à 1 pour 15 000 à 18 000). Ils ont ensuite comparé le taux d’incidence à travers les pays (variant de 1 pour 12 907 en Europe du Nord à 1 pour 17 177 en Europe du Sud) et ont remarqué que le seul paramètre associé à une augmentation ou à une diminution de celui-ci est la proportion de cas de rétinoblastomes héréditaires. « Comme le pourcentage de cas héréditaires augmente, l’incidence globale de rétinoblastome doit augmenter, concluent les chercheurs. Les résultats de cette étude documentent cette augmentation à travers l’Europe. » Et pour expliquer l’augmentation de la proportion de rétinoblastomes héréditaires, les scientifiques avancent : « l’augmentation de la fréquence des porteurs des variants pathogènes de la lignée germinale RB1 en Europe illustre pour la première fois l’effet de relâchement de la sélection liée à l’intervention thérapeutique sur une maladie mortelle, et ce après seulement quelques générations. »

Stacey AW, Bowman R, Foster A et al ; Global Retinoblastoma Study Groupl. Incidence of Retinoblastoma Has Increased: Results from 40 European Countries. Ophthalmology. 2021

Loading comments...

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous