L’espérance de vie sans incapacité augmente toujours

En France, « en 2019, une femme de 65 ans peut espérer vivre 11,5 ans sans incapacité et 18,5 ans sans incapacité sévère ; un homme, 10,4 ans sans incapacité et 15,7 ans sans incapacité sévère », annonce la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) dans le numéro de décembre d’Etudes et Résultats.

Le rapport précise que cette espérance de vie sans incapacité correspond aux années que peut espérer vivre une personne sans être limitée dans ses activités quotidiennes. Depuis 2008, cette espérance de vie sans incapacité à 65 ans a ainsi augmenté de 1 an et 6 mois pour les femmes et de 1 an et 8 mois pour les hommes. Les personnes qui atteignent 65 ans sont donc gênées par des incapacités de plus en plus tard. En revanche, la part d’années vécues avec incapacité avant 65 ans augmente depuis 2008, en particulier pour les femmes. « Ce résultat peut être dû soit à une espérance de vie plus élevée des personnes ayant des incapacités dès l’enfance, soit à l’apparition plus fréquente d’incapacités pour les personnes en âge de travailler, estime le rapport. Les données disponibles ne permettent pas de déterminer la part de ces deux hypothèses dans les évolutions observées. » L’espérance de vie sans incapacité à la naissance qui tient compte de la survenue éventuelle d’incapacités tout au long de la vie a donc finalement stagné entre 2008 et 2019 pour les femmes et s’établit à 64,6 ans. Pour les hommes, elle a augmenté de 1 an sur la même période pour s’établir à 63,7 ans. Et par rapport aux voisins ? En 2018, la France se situe en septième position dans l’UE-27 pour les femmes et en huitième position pour les hommes en termes d’espérance de vie sans incapacité à 65 ans et en neuvième position dans l’UE-27 en termes d’espérance de vie sans incapacité à la naissance, pour les hommes comme pour les femmes.