,

Les patients sous Zelboraf et Cotellic doivent être suivis de près

Dans une lettre à destination des ophtalmologistes et transmise sous l’autorité de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), les laboratoires Roche rappellent les risques oculaires liés à la prise de Zelboraf® (vemurafenib) et Cotellic® (cobimetinib), indiqués dans le traitement du mélanome.

« Le risque d’atteintes ophtalmiques est un risque identifié du vemurafenib, incluant des uvéites (fréquent), des occlusions de la veine de la rétine (peu fréquent), et du cobimetinib, incluant des rétinopathies séreuses (très fréquent), vision trouble (très fréquent) et des déficiences ­visuelles (fréquent) », détaillent les laboratoires. Or « lors d’une enquête nationale de pharmacovigilance sur le profil général de sécurité du vemurafenib et du cobimetinib, des retards au diagnostic et/ou à la prise en charge ont été rapportés dans certains cas, ayant une incidence sur le pronostic visuel du patient, poursuit Roche. Cette lettre a pour but de renforcer l’information afin d’améliorer le suivi et la prise en charge des patients atteints de troubles oculaires liés au ­vemurafenib et au ­cobimetinib. »

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous