Les Padhue obtiennent un sursis de deux ans

C’est à la dernière minute, mi-décembre, que le statut dérogatoire permettant aux praticiens à diplôme hors Union européenne (Padhue) d’exercer en France a été prolongé de deux ans. Déjà reconduit deux fois depuis 2006, celui-ci devait en effet prendre fin au 1er janvier 2019… Et priver d’exercice les Padhue qui n’avaient pas pu passer ou pas réussi l’examen ou le concours de régularisation.

En effet, trois modalités d’autorisation d’exercice existent concernant les Padhue, rappelle le site Medscape France : « Ceux arrivés avant 2010 ont passé un examen et sont inscrits sur la liste A. Les Padhue qui exercent en France depuis 2010 ont dû passer un concours très sélectif et sont inscrits sur la liste C. Enfin, les médecins apatrides ou réfugiés politiques sont inscrits sur une liste spéciale, la liste B ». Sauf qu’au sein des listes A et C, 4 000 Padhue ne continuaient à exercer en hôpital que grâce au statut dérogatoire. Ils pourront donc continuer à le faire jusqu’au 31 décembre 2020. Ce nouveau délai vise, selon le Quotidien du Médecin, à « gérer la période transitoire pendant laquelle devraient être prises les mesures destinées à améliorer leur intégration dans le système de santé français. »

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous