Les ophtalmologistes se mobilisent contre les LBD

Dans la foulée de l’alerte lancée par la Société française d’ophtalmologie (SFO), 35 ophtalmologistes ont rendu publique début mars dans le JDD une lettre envoyée au Président Macron en février et restée sans réponse. Leur but : demander la mise en place d’un moratoire sur l’usage des lanceurs de balles de défense (LBD) et éviter ainsi d’autres mutilations. Selon le Quotidien du Médecin, la cellule de veille sur les blessures provoquées par les LBD, créée en lien avec la SFO, a en effet recensé une vingtaine de personnes ayant perdu un œil.

« Monsieur le Président, une telle ‘épidémie’ de blessures oculaires gravissimes ne s’est jamais rencontrée, plaident les spécialistes dans leur courrier. Les blessures oculaires survenues ces dernières semaines ne sont pas dues au hasard ou à l’inexpérience. Le grand nombre de balles tirées avec une force cinétique conservée à longue distance et l’imprécision inhérente à cette arme devaient nécessairement entraîner un grand nombre de mutilations » Le Défenseur des droits a demandé quant à lui l’interdiction du LBD tandis que le Conseil de l’Europe a appelé la France à en suspendre l’usage dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre. Jusqu’à présent, le gouvernement s’y refuse.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous