« Les Français et la myopie » : l’AsnaV fait le point

48% des Français déclarent ressentir une gêne, passagère ou durable, pour voir de loin. C’est l’un des enseignements tirés d’un sondage OpinionWay pour l’AsnaV (Association pour l’amélioration de la vue) mené début mai sur un échantillon de 1 057 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Celui-ci révèle également que les femmes sont plus nombreuses à rencontrer ce type de problème (52% contre 43% pour les hommes) mais qu’elles sont aussi plus disposées à faire contrôler leur vue (83% contre 74% pour les hommes). Elles sont aussi plus sensibilisées que les hommes à l’augmentation du nombre de myopes chez les jeunes et les enfants (42% contre 26%). Les jeunes, justement, sont particulièrement exposés aux différents écrans (téléphones, ordinateurs, jeux vidéo…) et plus nombreux à ressentir une gêne pour voir de loin (55% parmi les 18-24 ans contre 41% pour les 65 ans et plus). D’une manière générale, 79% des personnes qui ont déjà ressenti une gêne déclarent que cela les a incité à contrôler leur vue, dans 15% des cas pour la première fois, et dans 64% des cas de façon plus régulière que d’habitude. 21% ne l’ont donc pas fait et les catégories professionnelles supérieures sont sur-représentées parmi ces réfractaires (28%). Bonne nouvelle cependant, lorsque les problèmes concernent leur enfant, ils ne sont que 6% à ne pas faire contrôler la vue de celui-ci. Enfin, l’enquête met en lumière la faible connaissance des Français sur les moyens de ralentir la myopie : 68% déclarent être conscients qu’il existe des solutions pour lutter contre la myopie, mais 42% avouent ne pas cerner précisément lesquelles, seuls 26% déclarent en connaitre certaines et 31% estiment qu’il n’existe pas de solution pour lutter contre la myopie.

N. Le Jannic