Le prix Nobel de physique pour le laser femtoseconde

Il a révolutionné la chirurgie de l’œil et vient de permettre à son inventeur de recevoir le prix Nobel de physique 2018. Il ? Le laser femtoseconde, mis au point en 1985 par le Français Gérard Mourou, profes­seur émérite à l’École ­polytechnique et ancien pro­fesseur à l’université du Michigan, et son étudiante en thèse à l’époque, la Canadienne Donna Strickland.

Capable de délivrer une puissance très importante dans un temps très bref, il a trouvé son application dans la chirurgie réfractive de l’œil et de la cornée grâce à … un accident ! « Au début de l’utilisation de ce laser, un étudiant était en train de monter son expérience, d’aligner le laser. D’un coup « pof », il prend un coup de laser dans l’œil ! On l’amène à l’hôpital et quand l’interne l’a examiné, il s’est exclamé : « Incroyable ! Qu’est-ce que c’est comme laser ? » L’œil était endommagé, mais là, la blessure était « parfaite », se souvient Gérard Mourou dans une interview au site The Conversation. C’est-à-dire qu’il y avait une tache, nette, sans débris autour, alors qu’habituellement une lésion ­provoquée par un laser ressemble à un ­volcan. On a pensé qu’il y avait là matière à essayer cette ­technologie dans le domaine de l’ophtalmologie. Deux ou trois jours après, le médecin m’a téléphoné en me demandant de faire partie de notre équipe, et nous avons travaillé ensemble à l’élaboration de cette technique. » Le laser femtoseconde a depuis permis de corriger la vue de millions de personnes.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous