Le DMP relancé à grande échelle

Après 18 mois d’expérimentation dans neuf départements, le dossier médical partagé (DMP) a été officiellement promu à l’échelle nationale par Agnès Buzyn, ministre de la Santé, et Nicolas Revel, directeur général de la CNAM, début novembre. Objectif : que 40 millions de DMP soient ouverts d’ici 2022. Pour y parvenir, une importante campagne de communication visant à inciter les Français à créer leur DMP a été lancée et semble porter ses fruits : cinq semaines après son lancement, l’assurance maladie annonçait déjà l’ouverture d’un million de DMP, au rythme d’environ 200 000 par semaine.

Concrètement, ce carnet de santé numérique comprend tous les documents relatifs à la santé d’un patient (traitements et soins, comptes rendus d’hospitalisation, comptes rendus d’imagerie médicale, de biologie et d’actes de prévention…), ainsi que l’historique des remboursements sur les deux dernières années concernant la pharmacie, l’hospitalisation, les soins médicaux et dentaires, la radiologie et la biologie. Tous les professionnels de santé, ainsi que le patient, peuvent avoir accès au DMP mais certaines restrictions peuvent s’appliquer suivant une matrice d’habilitation établie par l’assurance maladie et fixant les conditions d’accès aux types de documents selon la profession ou la discipline. Le patient peut également choisir de masquer tout ou partie de son DMP.

Loading comments...

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous