Le conventionnement sélectif, un autre sujet de grogne...

 

Mais fort heureusement, les sénateurs ont rejeté la proposition de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat qui désirait ressortir le conventionnement sélectif dans les zones fortement excédentaires comme solution à la question des déserts médicaux.

 

Elle avait même adopté à l’unanimité de ses membres un article additionnel à la loi de santé instaurant le principe d’«  une installation pour un départ  » dans les zones surmédicalisées. 

«  Le but, ce n’est pas de satisfaire les médecins mais l’intérêt général. Il est temps d’arrêter les mesurettes et d’aller plus loin... » avait déclaré Hervé Maurey (UDI-UC), sénateur de l’Eure et président de cette commission. Et le rapporteur pour avis du projet de loi de santé, le sénateur du Doubs Jean-François Longeot (UDI) de renchérir : « Il est grand temps d’arrêter de céder au lobby des médecins et d’écouter ce que disent les gens »…

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous