L’aspirine majore le risque de DMLA exsudative

Une étude prospective [1] a été menée en Australie pour déterminer si l’usage régulier d’aspirine influait sur le risque de développer une DMLA.

Cette étude a porté sur une population de 2 389 individus examinés à quatre reprises sur une période de 15 ans (1992-1994 à 2007-2009). Une photographie rétinienne a été prise à chaque examen pour établir l’existence d’une atrophie néovasculaire ou géographique, et la DMLA était cotée selon la classification internationale.

Après des ajustements prenant en compte l’âge, le sexe, l’usage du tabac, l’historique cardio-vasculaire, la pression artérielle systolique et l’indice de masse corporelle, les résultats ont montré que les utilisateurs d’aspirine ont un risque plus élevé de développer une DMLA exsudative, avec une incidence de 9,3 % versus 3,7 % pour les non-utilisateurs, indépendamment d’une pathologie cardiovasculaire ou du tabac, ce risque étant significativement dose-dépendant.

En revanche aucune relation entre aspirine et DMLA sèche n’a été constatée.

1. JAMA Intern Med. 2013;():1-7. Publication on-line du 21/1/2013.

(voir aussi CDO n°167 - février 2013)
Loading comments...

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous