La rétinopathie liée au déclin cognitif

C’est une large étude sur 12 317 personnes qui confirme ce que de précédentes recherches avaient commencé à montrer : la rétinopathie est associée à un plus grand risque de déclin cognitif, et ce à long terme.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs américains du centre Johns Hopkins, à Baltimore, ont étudié les fonds d’œil de ces patients, âgés en moyenne de 60 ans au départ, entre 1993 et 1995, et leur ont fait passer trois tests neuropsychologiques entre 1990 et 1992 et entre 2011 et 2013. Or ils ont observé que chez les 256 patients atteints de rétinopathie modérée à sévère au début de l’étude, les scores aux tests neurologiques avaient diminué de 1,22 écart-type 20 ans plus tard, alors qu’ils n’avaient baissé que de 0,91 écart-type chez les personnes sans rétinopathie. « Ce qui est vraiment intéressant, c’est que nous pensons que les changements dans les petits vaisseaux sanguins que nous voyons dans l’œil sont probable­ment un miroir de ce qui se passe dans le cerveau », a déclaré l’une des auteurs de l’étude, Jennifer A. Deal, à Medscape Medical News.

Deal JA, Sharrett AR, Rawlings AM et al. Retinal signs and 20-year cognitive decline in the Atherosclerosis Risk in Communities Study. Neurology 2018 Mar 27;90(13):e1158-e1166.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous