La prévalence des problèmes de vue chez l’enfant augmente encore

Entre 2016 et 2017, elle avait augmenté de 3%. Entre 2017 et 2018, elle a connu une hausse de 2%. La prévalence des problèmes de vue chez l’enfant de 4 à 10 ans poursuit ainsi sa progression, pour atteindre aujourd’hui 34%, selon l’observatoire de la vue de Krys Group, publié début décembre. Celui-ci explique le phénomène notamment par « l’évolution de nos modes de vie et par l’utilisation croissante des écrans » et note d’ailleurs que les enfants de 3 à 10 ans passent en moyenne « quotidiennement 1h18 devant un écran de télévision, 36 minutes sur une tablette, 30 minutes sur une console de jeux ».

 

 

Autres conclusions de l’observatoire : environ 8 parents sur 10 ont le sentiment d’être mal informés concernant la myopie et ses risques sur la santé oculaire à l’âge adulte ou encore sur les facteurs aggravants de ce problème de vue. Et 66% des parents s’estiment mal informés sur les âges auxquels réaliser un examen de suivi pour la vision d’un enfant entre 3 et 10 ans. 26% se déclarent même « très mal informés ». Enfin, Krys Group fait le point sur la consultation chez l’ophtalmologiste et révèle que la satisfaction des parents d’enfants de 3 à 10 ans par rapport à la prise en charge de la santé oculaire de leur enfant est globalement élevée. En revanche, comme l’année dernière, les délais pour l’obtention d’un rendez-vous (4,6 mois en moyenne en 2017 et 4,5 mois en 2018) restent « inacceptables » pour 59% des parents. à la question « si l’examen de vue chez l’opticien était remboursé, surveilleriez-vous plus régulièrement l’évolution de votre vue ou de celle de vos enfants », 89% des parents interrogés ont donc répondu « oui ». Et Krys note que s’ils avaient la possibilité d’obtenir une consultation à distance en moins de 10 jours avec un ophtalmologiste en se rendant chez l’opticien grâce à un système de télémédecine par Internet, 71% des parents l’utiliseraient (70% en passant par un orthoptiste). L’opticien avance ainsi la conclusion de son observatoire : « Ces chiffres témoignent de la confiance des Français dans leurs orthoptistes et opticiens, mais surtout, ils constituent un puissant levier d’action pour désengorger massivement les cabinets ophtalmologiques. »

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous