La levodopa comme traitement adjuvant dans la DMLA

Une petite étude ouverte vient de montrer l’intérêt de la levodopa (couramment prescrite dans la maladie de Parkinson) pour améliorer l’acuité visuelle et diminuer le besoin d’injections anti-VEGF dans la DMLA néovasculaire. De précédentes études avaient montré que les patients parkinsoniens traités par levodopa présentaient moins de risque de développer une DMLA, et on sait que les cellules de l’épithélium rétinien pigmentaire expriment un récepteur (GPR143) qui sous-régule le VEGF en réponse à la levodopa.

Des chercheurs américains ont ici utilisé deux cohortes : la cohorte 1 comprenait 20 patients récemment diagnostiqués pour une DMLA néovasculaire, et naïfs de traitement anti-VEGF ; et la cohorte 2, 14 patients DMLA qui avaient déjà reçu des anti-VEGF pendant au moins trois mois. La cohorte 1 recevait une petite dose de levodopa pendant un mois, pendant lequel un spécialiste de la rétine les évaluait chaque semaine pour déterminer si une injection d’anti-VEGF était nécessaire, puis des doses croissantes de levodopa pendant 5 mois supplémentaires. La cohorte 2 recevait des doses croissantes de levodopa pendant 6 mois. Tous étaient évalués chaque mois. Dans la cohorte 1, la quantité de fluide rétinien a diminué de 29% en moyenne (sans traitement anti-VEGF) le premier mois, cette diminution était maintenue après 5 mois et l’acuité visuelle moyenne était améliorée de 4,7 lettres (avec une fréquence d’injection d’anti-VEGF de 0,38/mois). Dans la cohorte 2, l’acuité visuelle était améliorée de 4,8 lettres et le besoin d’injections d’anti-VEGF diminuée de 52%. Les auteurs notent cependant que la levodopa ne peut pas constituer un traitement unique (des patients ayant eu besoin d’injections d’anti-VEGF dès le premier mois), mais qu’elle pourrait être utilisée comme traitement adjuvant.

Levodopa Positively Affects Neovascular Age-Related Macular Degeneration. Anna G. Figueroa, et al. American Journal of Medicine. July 03, 2020.