Identification de variants génétiques rares protégeant contre le glaucome

Des chercheurs britanniques et finlandais ont identifié dans deux cohortes des variants du gène ANGPTL7 (angiopoïétine like 7) qui font diminuer la pression intraoculaire (PIO) et réduisent le risque de glaucome. La composante génétique du glaucome est connue et des dizaines de variants affectant la PIO ou le risque de glaucome ont déjà été identifiés.

Mais leur impact clinique est demeuré négligeable. Les auteurs se sont donc lancés dans la recherche de variants peu communs et à l’effet notable, pour leur fort potentiel thérapeutique. Ils ont utilisé les cohortes FinnGenn et UK Biobank (respectivement 176 889 et 337 151 participants, dont plus de 120 000 dans la seconde avaient subi des mesures de la PIO). La cohorte finlandaise présentait un intérêt particulier : « Le variant que nous avons identifié est plus de 50 fois plus commun dans la population finlandaise qu’ailleurs », indique le Pr Mark Daly, qui a co-conduit l’étude côté finlandais. « En fait, plus de 8% des Finlandais le portent et sont donc à risque réduit de glaucome. » La réduction du risque dans la cohorte FinnGenn était de 29% chez les porteurs du variant identifié. Côté britannique, la présence du variant était associée à une diminution de la PIO de 0,53 et 0,67 mmHg chez les hétérozygotes, et de 3,40 et 2,37 mmHg chez les homozygotes (pour, respectivement, une PIO cornéenne compensée et une PIO Goldmann). Et le risque de glaucome était réduit de 34%. Les auteurs n’ont par ailleurs pas décelé d’augmentation du risque d’une autre pathologie associée à ces variants dans les deux cohortes. D’après les auteurs, cela fait d’angiopoïétine like 7 une cible sûre pour la recherche de stratégies thérapeutiques du glaucome. Le but : imiter les effets protecteurs de ces mutations génétiques, pour diminuer la PIO des individus à risque.

Tanigawa Y, Wainberg M, Karjalainen J et al. Rare protein-altering variants in ANGPTL7 lower intraocular pressure and protect against glaucoma. PLoS Genet 2020;16(5): e1008682.