Des souris capables de voir dans l’infra-rouge

Des souris capables de voir dans le noir ? Cela existe. Des chercheurs chinois et américains ont mis au point des nanoparticules capables de convertir les ondes infra-rouge en vert puis les ont enrobées avec une protéine se liant à la membrane des photorécepteurs. Et enfin, ils les ont injectées derrière la rétine de souris. Le procédé a fonctionné : les nanoparticules sont restées fixées aux photorécepteurs pendant une dizaine de semaines sans effet secondaire majeur et ont entraîné une réponse nerveuse dans la rétine et le cortex visuel lors de l’exposition aux infra-rouge chez les souris ayant bénéficié du traitement (et non chez les souris témoins).

Pour savoir si en outre les animaux pouvaient distinguer des formes dans l’infra-rouge, les chercheurs ont mis au point un test dans un labyrinthe… et les rongeurs se sont orientés avec succès, prouvant qu’ils différenciaient un cercle d’un triangle dans l’infra-rouge. Les similarités entre le système visuel des souris et celui des humains laissent penser aux scientifiques qu’une telle opération pourrait avoir les mêmes résultats sur l’homme. Elle ouvrirait la porte à des applications militaires, pour la vision de nuit, mais également à de nouvelles thérapies : les nanoparticules pourraient être utilisées pour augmenter la perception des couleurs même dans le spectre visible et améliorer ainsi la vue de patients atteints par exemple de DMLA.

Ma Y et al. Mammalian Near-Infrared Image Vision through Injectable and Self-Powered Retinal Nanoantennae. Cell. 2019;177(2):243-55.e15. doi: 10.1016/j.cell.2019.01.038. 

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous