Des cellules souches en cas de cicatrisation de la cornée

Une équipe de l’Institut de la Vision à Paris a montré sur un modèle murin l’intérêt des cellules souches stromales cornéennes (CSSC) pour traiter une cornée cicatricielle. Il pourrait s’agir à terme d’une alternative à la greffe de cornée. Les chercheurs français ont mis au point un modèle murin de cicatrisation de la cornée, correspondant à un kératocône.

Ils ont pour cela utilisé des souris jeunes (âgées de 4 semaines), gratté l’épithélium de la cornée, et ajouté du nitrogène liquide (N2) sur l’œil gauche (l’œil droit servant de témoin). Après opacification de la cornée (au bout de trois semaines environ), les souris ont été divisées en 4 groupes : le premier a reçu une injection de CSSC murines, le deuxième de CSSC humaines, le troisième un placebo et le dernier aucun traitement. Plusieurs indicateurs de la santé cornéenne ont été évalués, pour vérifier si les CSSC avaient un effet thérapeutique et pouvaient restaurer la cornée à son état antérieur. Or, les résultats montrent que « l’injection de CSSC entraîne une nette amélioration de la transparence cornéenne, ainsi qu’une migration et une croissance des CSSC dans le stroma, et sans réponse inflammatoire. Une baisse du voile stromal, de la rigidité cornéenne, et une amélioration de l’acuité visuelle sont par ailleurs observées », indique Vincent Borderie, auteur principal de l’étude. Des différences ont aussi été constatées selon qu’il s’agissait d’injection de CSSC murines ou humaines. « Les CSSC humaines étaient toujours présentes trois mois après l’injection, alors que les CSSC murines disparaissaient au cours du premier mois », ajoute Djida Ghoubay, première auteure de l’étude. « Nous avons émis l’hypothèse que les cellules souches xénogènes se divisaient plus lentement que les allogènes après injection. » Cette étude pourrait offrir une alternative à la greffe de cornée dans le traitement de la cicatrisation cornéenne, d’autant plus que les CSSC peuvent être facilement extraites et cultivées à partir de l’œil du patient ou d’un donneur.

Ghoubay D, Borderie M, Grieve K et al. Corneal stromal stem cells restore transparency after N2 injury in mice. Stem Cells Transl Med. 2020 may 7.