Des antirétroviraux contre la DMLA ?

Des chercheurs de l’Université de Virginie ont observé que la rétrotranscription de l’ARN Alu en ADN complémentaire Alu (ADNc Alu) cytoplasmique était impliquée dans la dégénérescence de l’épithélium pigmentaire rétinien (EPR). Les auteurs ont constaté que l’ADNc Alu était très présent dans l’EPR d’yeux humains souffrant d’atrophie géographique et entraînait sa dégénérescence via l’activation de l’inflammasome.

Or, les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI, des molécules employées comme antirétroviraux dans le VIH), en bloquant la toxicité de l’ADNc Alu, inhibent l’inflammasome. La destruction des cellules rétiniennes causée par l’accumulation dans le cytoplasme d’ADNc Alu pourrait être contrecarrée par les INTI. Pour les auteurs, des essais cliniques menés dans cette direction devraient être lancés pour évaluer ce possible traitement de l’atrophie géographique.

Fukuda S et al. Alu complementary DNA is enriched in atrophic macular degeneration and triggers retinal pigmented epithelium toxicity via cytosolic innate immunity. Sci Adv. 29 Sep 2021;7(40):eabj3658.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous