Des acides gras pour réduire le risque de rétinopathie chez les très grands prématurés

Tout est parti de précédentes études : des chercheurs suédois avaient montré un lien existant entre rétinopathie du prématuré et niveau d’acide arachidonique dans le sang. Dès lors, il fallait voir si un supplément d’acide arachidonique pouvait réduire le risque de rétinopathie du prématuré. Et c’est ce qui a été fait entre 2016 et 2019 dans un essai clinique portant sur 206 enfants nés après moins de 27 semaines de gestation.

Les chercheurs ont administré à la moitié d’entre eux environ 100 mg/kg/jour d’acide arachi donique et 50 mg/kg/jour d’acide docosahexaénoïque jusqu’à leur 40e semaine. Les autres enfants n’ont rien reçu et ont constitué le groupe témoins. Or dans celui-ci, 35 des 105 enfants, soit 33,3% des enfants, ont développé une rétinopathie du prématuré sévère. Alors que dans le groupe ayant reçu les acides gras, seuls 15,8% ont développé la même pathologie. Les événements indésirables sévères se sont produits dans des proportions semblables dans les deux groupes et l’incidence de complications communes chez les très grands prématurés, comme la dysplasie bronchopulmonaire ou l’hémorragie intraventriculaire, a été la même également. Les chercheurs estiment à présent nécessaire de poursuivre les études pour déterminer le dosage d’acides gras qui permettra d’obtenir les meilleurs résultats sur la santé des prématurés.

Hellström A, Nilsson AK, Wackernagel D et al. Effect of Enteral Lipid Supplement on Severe Retinopathy of Prematurity: A Randomized Clinical Trial. JAMA Pediatr. Published online February 01, 2021.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous