Assurance-maladie : les recettes de l'Igas pour faire des économies

Le déficit de la Sécurité sociale pourrait atteindre 41 milliards d’euros en 2040. Dans ce contexte, l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) a rendu public le 15 décembre un rapport contenant des mesures à mettre en place pour réduire les coûts de gestion de l'assurance-maladie obligatoire et complémentaire. En effet, ceux-ci ont atteint la somme de 12,5 milliards d'euros en 2012 !

C’est que pour gérer les 14 régimes obligatoires de l'assurance-maladie, la France totalise en effet pas moins de 86 opérateurs. Même constat pour l'assurance-maladie complémentaire, avec environ 682 opérateurs.

L'Igas affirme qu’une réorganisation autour de deux grands opérateurs de gestion serait de nature à permettre des économies de l'ordre de 440 millions par an. Supprimer la délégation de gestion de l’assurance-maladie concédée aux mutuelles étudiantes (Lmde, Smerep) et rapatrier cette fonction au sein du régime général permettrait d'économiser près de 44 millions.

Enfin, l’Igas fait plusieurs propositions pour réduire la masse salariale de l’assurance-maladie « sans licenciement » car elle estime à 28 000 le nombre de départs à la retraite d'ici à 2020, 49 % des agents ayant plus de 50 ans fin 2012.

Loading comments...

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous