30 ans de recul sur l’ostéo-odonto-kératoprothèse

Des chercheurs italiens ont suivi 82 yeux de 59 patients ayant bénéficié d’une ostéo-odonto-kératoprothèse (OOKP) selon la technique originale du professeur Strampelli, entre 1969 et 2011 (durée moyenne de suivi d’environ 27 ans). La vue des participants de la cohorte a été testée un mois puis un an après la chirurgie et tous les 5 ans ensuite.

Au final, l’intégrité de l’OOKP a été conservée dans 94% des yeux. À l’exclusion de la cataracte, le glaucome est la complication la plus fréquente avec une prévalence de 36% à 10 ans. La meilleure acuité visuelle corrigée (MAVC) a progressé en moyenne de 2,6 logMar avant la chirurgie à 0,4 logMar un an après la chirurgie et 1,21 logMar à 30 ans. Enfin, les auteurs notent que la cause la plus fréquente de la cécité avant opération était la blessure par produit chimique, mais que les progrès de la MACV les plus remarquables ont été atteints chez des patients souffrant du syndrome de Stevens-Johnson (nécrolyse épidermique toxique). « La technique originale d’OOKP représente toujours un choix chirurgical pertinent, durable dans le temps, pour restaurer la vision de patients au stade terminal d’une cécité liée à la cornée et non candidats à une greffe de cornée », concluent les chercheurs.

Iannetti L et al. Osteo-odonto-keratoprosthesis according to Strampelli original technique: A retrospective study with up to 30 years of follow-up. Am J Ophthalmol. 2022 May 23.

N. Le Jannic