15 mesures pour les étudiants en santé

La santé des étudiants en santé est au cœur des ­pré­occupations depuis plusieurs mois déjà (voir CDO 212 et 216) et la psychiatre Donata Marra avait justement été chargée d’établir un rapport sur la question fin juillet 2017. Celui-ci, remis début avril aux ministres de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souligne qu’il « est temps d’intervenir, pour les étudiants, les ­soignants et les patients ».

Dans la foulée, les ministères concernés ont donc annoncé 15 mesures pour tenter d’améliorer le bien-être des étudiants en santé. Celles-ci vont de la mise en place de structures d’accompagnement des étudiants à l’évaluation systématique des lieux de stage par les étudiants en passant par l’amélioration des conditions de travail en stage (48h/semaine maximum, formation pédagogique des encadrants...) ou encore la refonte des cursus pour les centrer sur les compétences à acquérir et sortir d’une logique de compétition. Le texte a été bien accueilli par les associations et syndicats étudiants, dont l’Anemf (Association nationale des étudiants en médecine de France), qui « salue ces propositions et l’engagement du gouvernement ». Mais l’association souligne tout de même que « de nombreux autres champs restent à développer », à l’image du statut de l’étudiant hospitalier qui reste à parfaire, ou encore de la réforme du statut hospitalo-universitaire, « facteur incontournable pour permettre aux enseignants de libérer du temps pédagogique pour se saisir des outils mis en place par les différentes réformes et ce plan. »

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous