A+ A A-
30/06/2017

La qualité docimologique des ECNi augmente

Dans les dossiers cliniques progressifs (DCP) des ECNi-tests de mars 2017, 22% des questions nécessitaient un raisonnement complexe contre 10% en juin 2016, note André Quinton, du CRAME (Centre de recher­ches appliquées en métho­des éducatives) de Bordeaux. Une évolution qui va dans le bon sens : plus de réflexion et moins de « par cœur ». Petits points noirs tout de même : le taux de questions du niveau du 3e cycle reste de 20%, et même s’il y en a moins qu’en juin 2016, il y a toujours des questions avec des imprécisions susceptibles de gêner les étudiants. Du côté des questions isolées (QI), la qualité est elle aussi en augmentation par rapport à juin 2016 : « la plupart des questions sont adaptées au niveau du 2e cycle et le taux de questions purement de mémoire est passé des deux tiers à la moitié. Il y a moitié moins qu’en juin 2016 de questions avec une ambiguïté sur leur nature », note l’auteur. Pour poursuivre l’amélioration, l’étude propose plusieurs pistes, dont réduire de 15 à 10 les questions des DCP, en compensant par l’ajout d’autres dossiers, et pour les questions isolées, tendre à en introduire le maximum par une vignette clinique ou encore diversifier les types de QCM.
Second Sight
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés