A+ A A-
02/07/2018

La CSMF présente ses propositions pour la recertification

Alors que le rapport du Pr Serge Uzan sur la recertification des médecins est en cours d’élaboration et doit être remis au gouvernement à la fin de l’année, la CSMF (Confédération des syndicats médicaux français) a organisé le 26 avril une conférence de presse pour présenter ses propositions sur le sujet. La « formation initiale doit s’accompagner d’un véritable parcours professionnel avec une mise à jour [des] connaissances. Un cycle de recertification devra être défini, et une périodicité de cinq à six ans (soit 2 cycles d’obligation triennale de DPC) semble être, à l’heure actuelle, la plus adéquate vu l’évolution des connaissances. Il s’agit bien d’un processus continu, nécessitant la garantie d’un cycle complet de mise à jour des connaissances tout au long de [la] vie professionnelle. » Selon le syndicat, cette recertification devra s’appuyer sur les outils existants (congrès, DPC…) et sur de nouveaux : formations cognitives complémentaires réalisées tout au long de la vie professionnelle (diplômes interuniversitaires, diplômes universitaires), participation à des réunions entre pairs, telles que les études de dossiers, les staffs, les revues de morbi-mortalité, participation à des registres, à l’enseignement, à la recherche, à des réunions de concertations pluridisciplinaires, etc. Quant à l’organisation, la CSMF estime que « ce processus de recertification doit se faire dans un premier temps de ­façon volontaire pour l’ensemble des médecins installés, même s’il sera rapidement obligatoire pour les jeunes ­générations actuellement en cours de formation. Il s’agit d’un processus itératif dont il faudra justifier sa réalisation tous les cinq à six ans. La mise en place sera forcément ­progressive, étalée sur plusieurs années. En cas d’insuffisance, il faudra alors prévoir un accompagnement person­­­nalisé pour les médecins qui seraient dans ces cas-là. »
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés