A+ A A-
21/02/2018
Au centre des préoccupations de la profession depuis ­plusieurs mois, la question des délais de rendez-vous ­revient sur la table avec un nouveau sondage, réalisé par l’Ifop pour le groupe Ophta Vision (qui vise à créer des centres d’ophtalmologie promettant des rendez-vous rapides). Mené auprès de 2 700 praticiens libéraux, ce sondage révèle que le temps d’attente avant un rendez-vous est en moyenne de 87 jours en France. La Bretagne, avec 156 jours d’attente en moyenne mais également les villes de moins de 20 000 habitants (132 jours d’attente en moyenne) sont particulièrement touchées tandis que certaines grandes agglomérations s’en sortent un peu mieux (40 jours à Paris, 28 à Marseille). La pénurie de praticiens se fait sentir également à un autre niveau : d’après le sondage, un quart des ophtalmologistes refuseraient carrément les nouveaux ­patients.

… Ce qui inquiète Krys Group
La dernière édition de l’Observatoire de la vue, publié par Krys Group en décembre, s’inquiète en effet des effets néfastes de ces longs délais d’attente sur la prise en charge de la santé visuelle des enfants de moins de 10 ans. Le délai moyen pour un rendez-vous chez l’ophtalmologiste est en effet de 138 jours pour un enfant (51 jours de plus que pour l’ensemble des porteurs d’après le sondage ci-dessus). « Des délais inacceptables pour près de 2 parents sur 3 (63%), qui font inévitablement perdre des chances de récupération à l’enfant », précise l’étude. Patrice Camacho, ­direc­teur santé et réglementation du groupe d’optique, ­insiste : « Dans ce contexte, nous suggérons aux pouvoirs ­publics de valoriser les consultations des enfants de moins de 6 ans, comme c’est le cas pour les consultations de médecine ­générale. » L’Observatoire fait par ailleurs le point sur la santé visuelle des enfants et révèle que 30% des parents sont confrontés à des problèmes de vue pour leurs enfants. La prévalence de ceux-ci est en légère augmentation chez les 4 à 10 ans (+ 3%) en 2017 par rapport à 2016. En cause notamment : l’augmentation de la myopie. 13% des enfants de 4 à 10 ans en sont atteints contre 10% en 2016. Ce qui est dû à « la baisse du temps passé à l’extérieur et à la sur-­sollicitation de la vision de près provoquée par nos nouveaux modes de consommation des écrans : ­tablettes, télévision, Smartphones », selon Patrice Camacho. Qui précise : « aujourd’hui, les enfants de 3 à 10 ans sont déjà des utilisateurs multi-écrans (en moyenne 2,6 chez les enfants ayant un ­problème de vue). Ils passent d’ailleurs près de 2 heures par jour devant les écrans ». Enfin, l’Observatoire note que le diagnostic intervient tardivement, peu avant l’entrée en école primaire et l’apprentissage de la lecture, à l’âge de 4 ans et 5 mois en moyenne.
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés