A+ A A-
19/09/2018

Bientôt les premiers « docteurs juniors »

C’était l’un des engagements de la réforme du troisième ­cycle des études de médecine : la création du statut de docteur junior pour les étudiants qui accomplissent la phase 3, dite de consolidation. Le 3 juillet, un décret lui a donné vie et précise que le statut entrera en vigueur au 1er novembre 2020. Concrètement, « l’étudiant de troisième cycle des études de médecine […] est nommé en qualité de docteur ­junior par le directeur général du centre hospitalier universitaire de rattachement, précise le décret. Le docteur junior exerce des fonctions de prévention, de diagnostic, de soins et, le cas échéant, des actes de biologie médicale, avec pour objectif de parvenir progressivement à une pratique professionnelle autonome. Il suit sa formation sous le régime de l’autonomie supervisée. Les actes réalisés sous ce régime le sont par le docteur junior seul ». Pour définir quels actes réaliser et quelle progression suivre, le docteur junior s’appuiera sur un entretien individuel à l’entrée dans la phase 3 avec le coordonnateur local de la spécialité et le praticien responsable du lieu de stage, ainsi que sur un référentiel de mises en situation se référant aux maquettes de formation. Côté rémunération, le texte annonce « des émoluments forfaitaires mensuels, variables en fonction de l’avancement dans le cursus, dont le montant est fixé par arrêté », ainsi qu’une « prime d’autonomie supervisée annuelle, versée mensuellement en fonction de l’avancement dans le cursus, dont le montant est fixé selon les mêmes modalités ». Enfin, le décret crée une indemnité forfaitaire d’hébergement versée aux internes et docteurs juniors lorsqu’ils accomplissent un stage ambulatoire situé dans une zone sous-dense et à plus de 30 kilomètres de leur centre de formation.
liens-utiles

Création eConcepto - Copyright CDO - Tous Droits Réservés