Un lien entre vascularisation rétinienne et risque d’AVC

L’OCT-A est bien utile pour diagnostiquer une DMLA ou une occlusion rétinienne vasculaire… mais il pourrait également révéler l’état de santé vasculaire général des patients. L’étude française EYE-MI, initiée par le cardiologue Charles Guenancia et l’ophtalmologiste Louis ­Arnould, a en effet permis de valider la pertinence de la vascularisation de la rétine comme biomarqueur des risques cardiovasculaires.

Celle-ci a été menée sur 212 patients au CHU de Dijon, qui ont passé un OCT-A dans les deux jours suivant leur admis­sion pour un syndrome coronarien aigu. Et elle a montré que les patients avec la plus faible densité vasculaire étaient plus âgés, avaient plus d’antécédents d’hyper­tension, de diabète ou d’insuffisance rénale et avaient de manière général un score plus élevé au test AHA pour l’évaluation des risques cardiovasculaires. Des résultats qui pourraient faire entrer l’OCT-A comme examen de routine pour les patients à risque dans ces pathologies.


Azemar A, Arnould L, Guenancia C et al. The eye-mi study: a prospective acute coronary syndrome cohort evaluated by retinal ­optical coherence tomography angiography. Eur Heart J. Suppl 1, Vol. 38, 2017 August 01.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous