Syndrome de l’œil sec : quand les symptômes ne correspondent pas à l’examen

D’après des chercheurs de l’université de Miami, de précédentes études ont révélé que les corrélations entre les symptômes rapportés par les patients souffrant de sécheresse oculaire et l’examen clinique étaient souvent faibles. Certains patients pouvant ainsi avoir la surface oculaire abîmée mais peu de symptômes, tandis que d’autres rapporteront des symptômes importants sans que les dommages cliniques ne soient visibles… ce qui, dans un cas comme dans l’autre, complique évidemment le diagnostic et la prise en charge.

Pour comprendre d’où pouvait venir ce décalage, l’équipe américaine a étudié 326 patients, d’un point de vue clinique (examen de la surface oculaire), symptomatique (questionnaire) et à l’aide de tests sensoriels quantitatifs (mesures des seuils de sensibilité vibratoire et thermoalgique sur le front et l’avant-bras). Conclusion : Les symptômes sont plus importants que les si­gnes cliniques chez les ­patients présentant des ­douleurs chroniques dans d’autres parties du corps et chez ceux présentant une sensibilisation nociceptive, telle qu’une hyperalgie, aux tests sensoriels ; tandis que le cas inverse est plutôt lié à l’âge et à une hypoesthésie cornéen­ne. Cette étude démontre donc que les discordan­ces existantes entre l’examen clini­que et la symptomatologie dans la sécheresse oculaire sont liées à la présence de co-morbidités ou d’une hyperalgie et doivent être prise en compte par les praticiens pour interpréter l’examen ­clinique et adapter le traitement de chaque ­patient.

Ong ES, Felix ER, Levitt RC et al. Epidemiology of discordance between symptoms and signs of dry eye. Br J Ophthalmol. Publi­shed online first: 18 August 2017.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous