Se protéger soi et son personnel d’accueil en cabinet

Le syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF) présente en photo sur son site quelques idées de système D pour la protection du personnel et des appareils au cabinet. https://www.snof.org/index_pro

Une web-conférence proposée par la SFO (https://www.snof.org/sites/default/files/SNOF%20Covid%2016-03-20.pdf) a abordé dans le détail le 16 mars les questions qui se posent plus spécifiquement aux ophtalmologistes, présentant entre autres des propositions de tri des patients selon les pathologies.

Par ailleurs, le Pr Isabelle Cochereau et le Dr Cédric Lamirel présentent plusieurs mesures d’hygiène https://www.sfo-online.fr/actualites/hygiene-des-mains-et-masques-contre-covid-19-oser-le-degrade à mettre en place, soulignant qu’en « situation de pénurie, nous ne sommes plus dans le meilleur des mondes et sa sécurité ». Ils se basent sur un numéro du JAMA en libre accès faisant le point sur l’épidémie et ses conditions*. Ils insistent sur les mesures barrières et la distanciation sociale, ajoutant que « Dans le meilleur des mondes, le SHA est la meilleure solution au point de vue efficacité et facilité. Dans un contexte de pénurie, le SHA doit être économisé et réservé à l’exercice professionnel. » Concernant les masques, ils indiquent que « dans le meilleur des mondes, si le patient est COVID+ confirmé, le masque de l’ophtalmologiste est un FFP2 bien ajusté ; si le patient est COVID indéterminé, le masque chirurgical est suffisant. (…) Dans un contexte de pénurie en cours d’épidémie, comme c’est actuellement le cas avec COVID au niveau planétaire, les soignants exposés mal protégés de tous les pays sont forcés d’envisager d’autres solutions », parmi lesquelles, ils présentent diverses solutions « dégradées » : masques en tissu artisanaux, doublage des masques chirurgicaux par des portions de manche découpées dans des vêtements, voire « le masque facial complet utilisé pour voir les fonds sous-marins depuis la surface en plastique, très protecteur et réutilisable après nettoyage, plutôt pour les réanimateurs car impossible de regarder dans nos oculaires avec ». Ils proposent aussi la réutilisation de masques jetables après diverses méthodes de stérilisation. Ils soulignent que l’on « croit rêver de voir toutes ces propositions risibles en temps normal ! Mais nous ne sommes plus en temps normal et ce sont juste des solutions de soignants démunis face au risque d’exposition dans un cauchemar sanitaire où on risque de devoir passer à des procédures dégradées », terminant en conseillant de ne pas jeter ses masques jetables mais de les « gardez datés dans des sacs en papier, au sec et au chaud en espérant ne pas avoir à vous en resservir 7 jours plus tard… ».

*JAMA Forum (page consultée le 24 mars 2020). DJ Mason & CR Frise. Protecting healthcare workers against COVID-19 and being prepared for future pandemics [en ligne]. 19 mars 2020. https://jamanetwork.com/channels/health-forum/fullarticle/2763478