PLFSS 2020 : malaise dans le monde de la santé

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2020 a été rendu public le 30 septembre. L’objectif national de dépense de l’assurance maladie (Ondam) y est fixé à 2,3%, ce qui « représente un effort de maîtrise de l’évolution des dépenses de plus de 4 Md € ». Ces économies sont réparties entre structuration de l’offre de soins (alternatives à l’hospitalisation (215 millions d’euros), optimisation des achats (585 millions d’euros), et amélioration des performances (830 millions d’euros) etc.) ; actions sur les tarifs des produits de santé (mesures d’économie sur les médicaments (920 millions), les dispositifs médicaux (200 millions) et les produits de santé (225 millions) ; pertinence et qualité des actes et des prescriptions (baisses de tarifs en biologie (205 millions), en radiologie (60 millions), contrôle des prescriptions (595 millions), promotion des génériques (120 millions), etc.).

Le gouvernement cherchera aussi à récupérer 145 millions sur les indemnités journalières en cas d’arrêt-maladie, 120 millions sur les transports sanitaires, 90 millions en luttant contre la fraude et 205 millions par la gestion dynamique du panier de soins remboursé. Les réactions ne se sont pas fait attendre. La CSMF s’étonne que « pour récompenser ces bons résultats [un Ondam tenu pour la dixième année consécutive, ndlr], le PLFSS 2020 prévoit une économie encore plus drastique sur les soins de ville ! En effet ce projet a pour objectif de réduire les dépenses en actes et prescriptions de 1,235 milliards d’euros en 2020, soit 340 millions de plus que l’année précédente. » Le SML constate lui « que les soins de ville supporteront près du quart des 4,2 milliards d’euros d’économies attendues dont 600 millions d’euros au titre de la maîtrise médicalisée. Cette perspective d’économies nouvelles alors que sont lancés la diversification des modes de rémunération et la mise à jour de la CCAM, inquiète le SML. » Et du côté de l’hôpital, « Action Praticiens Hôpital et Jeunes Médecins expriment leur colère suite aux annonces conjuguées relatives au projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2020 », en particulier l’Ondam hospitalier à 2,1%. Le PLFSS 2020 (après un premier vote à l’Assemblée nationale le 29 octobre) est discuté au Sénat à partir du 12 novembre, avant une seconde lecture à l’Assemblée à partir du 25 novembre. La loi sera promulguée avant le 31 décembre.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous