Pas de surrisque cardiaque chez les patients DMLA traités aux anti-VEGF

Les patients atteints de DMLA exsudative recevant des injections intravitréennes d’anti-VEGF ne montrent pas de surrisque d’événements cardiovasculaires (infarctus du myocarde, AVC) ni de mortalité par rapport aux patients non traités et aux personnes ne souffrant pas de DMLA. Une étude de cohorte américaine n’a montré aucun surrisque pendant les 5 ans du suivi pour le groupe traité par rapport aux groupes contrôles. Les auteurs notent que les études menées sur ce sujet n’étaient pas concluantes et, qu’à leur connaissance, aucune étude populationnelle n’avait été conduite.

Ils ont donc comparé un groupe traité (ayant reçu au moins une injection entre 2004 et 2013) avec trois groupes contrôles : dans le premier, des patients atteints de DMLA exsudative mais pendant la période précédant l’arrivée des anti-VEGF (1990-2003) ; dans le deuxième, des individus présentant une DMLA sèche ; et dans le troisième, des individus sans DMLA. Parmi les 504 patients (des femmes à 63,7%, d’âge moyen 76,5 ans) du groupe traité, le taux d’AVC à 5 ans s’est élevé à 7,2%, celui d’infarctus du myocarde (IdM) à 6,1% et celui de décès à 30%. Les taux d’AVC et d’IdM étaient similaires parmi les 473 patients du premier groupe contrôle, les 504 patients du deuxième groupe contrôle et les 504 du troisième groupe contrôle. Le taux de mortalité était plus élevé dans le groupe traité par rapport au groupe contrôle de la période pré-anti-VEGF.

Dalvin LA, Starr MR et al. Association of Intravitreal Anti–Vascular Endothelial Growth Factor Therapy With Risk of Stroke, Myocardial Infarction, and Death in Patients With Exudative Age-Related Macular Degeneration. JAMA Ophthalmol. Published online January 31, 2019.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous