Malgré la grève, la réforme de l’internat avance

Tout le monde s’accorde sur sa nécessité… et pourtant, elle voit le jour dans la douleur. La réforme de l’internat est au cœur d’échanges tendus entre le Gouvernement et l’Intersyndicat national des internes (ISNI). Celui-ci a lancé un appel à la grève depuis le 18 avril pour protester en particulier contre la phase 3 de l’internat, dite de consolidation du 3e cycle. Les internes demandent en effet des éclaircissements et des garanties sur leur statut et leur rémunération au cours de cette dernière phase.

Ils souhaitent également une révision et un allongement de la durée de leur diplôme d’études spécialisées (DES) pour certaines spécialités, comme la cardiologie, l’hépato-­gastro-entérologie et la néphrologie. Le Gouvernement répond que les maquettes pourront être revues annuellement et poursuit la publication des arrêtés qui entérineront la réforme. Un premier texte, portant sur l’organisation générale du troisième cycle, l’inscription, le droit au remords, le suivi pédagogique et la formation en stage des étudiants a été publié le 14 avril. Un deuxième, relatif aux connaissances, aux compétences et aux maquettes de formation des DES, est quant à lui sorti le 21 avril. Un ­troisième arrêté sur les maquettes de formation spécialisées transversales (FST) devrait enfin voir le jour avant le 31 juillet. De leur côté, les représentants de villes de l’ISNI ont voté fin avril, lors d’une assemblée générale ­extra­ordinaire, à 60% pour le report de la réforme d’une année.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous