Les Français satisfaits de leur système de santé mais inquiets pour l’avenir

À l’occasion de son bicentenaire, fêté cette année, l’Académie nationale de médecine s’est notamment fixé comme objectif de « se tourner plus résolument vers la société et faire des propositions en santé allant au-delà des progrès de la médecine et de la mise en œuvre des grandes innovations au service de la population », explique Jean-François Allilaire, secrétaire perpétuel de l’institution. Mais encore faut-il connaître précisément les attentes et besoins des Français.

Un sondage OpinionWay pour l’Académie nationale de médecine mené auprès de 1500 personnes apporte déjà un éclairage sur ceux-ci. Il révèle ainsi que les Français ont une image globalement très positive des acteurs de la santé (92% ont une image positive de leur généraliste et 91% de leurs spécialistes), mais considèrent que le personnel soignant n’est pas assez reconnu dans la société. Au jeu des adjectifs s’appliquant bien aux médecins, les termes « sérieux », « passionnés », « humains », « compétents » remportent un franc succès... mais également « pressés », « intéressés par l’argent » et « stressés ». 80% des sondés sont par ailleurs d’accord avec l’idée que le système de santé français est un des meilleurs au monde, mais ils sont également 73% à trouver la médecine d’aujourd’hui moins humaine que par le passé et 61% à estimer que le système de santé français est moins performant que par le passé. Ils sont en outre 42% à estimer que l’égalité d’accès aux soins s’est dégradée, 59% que le remboursement des soins et médicaments s’est dégradé, et 70% que les délais pour obtenir des rendez-vous médicaux ont empiré. Les médecins spécialistes sont les professionnels de santé les plus difficiles d’accès : seulement 21% des personnes interrogées déclarent qu’il est facile d’avoir accès à un ophtalmologiste. « Face à ces difficultés du système de santé, les Français sont amenés à se poser des questions et à avoir des craintes pour l’avenir », détaille l’enquête. 70% des interviewés estiment ainsi que les désert médicaux sont l’un des trois plus grands défis de la médecine de demain, avec l’augmentation du nombre de personnes âgées dépendantes et le développement de nouveaux agents infectieux résistants aux traitements.