Les cils primaires indispensables à l’épithélium pigmentaire rétinien

Certes, les scientifiques connaissaient déjà l’importance des cils primaires dans plusieurs processus cellulaires. Mais ces petites protubérances formées de micro­tubules, qui se trouvent à la surface de la membrane des cellules de l’épithélium, sont en fait tout simplement indispensables à la maturation de l’épithélium pigmentaire rétinien.

C’est ce que vient de montrer une équipe de l’Institut américain national de l’œil et de l’institut de physiologie moléculaire de l’université allemande ­Johannes-Gutenberg. Ils ont en effet testé différentes molécules favorisant ou empêchant la formation de ces cils sur des cellules souches ­pluri­­potentes et ont observé qu’en l’absence de ciliogénèse, l’épithélium rétinien pigmentaire créé ne maturait pas et ne disposait pas de cellules fonctionnelles. Le constat est d’ailleurs identique lors d’une autre de leurs expériences réalisée avec des cellules souches obtenues chez des patients atteints de ciliopathies. En revanche, lorsque les cellules souches sont mises en ­présence d’activateur de la ciliogénèse, un épithélium pigmentaire fonctionnel peut se mettre en place. Une découverte qui pourrait ouvrir la voie à de nouvelles applications cliniques dans le domaine des thérapies cellulaires.


May-Simera HL et al. Primary cilium-mediated retinal pigment epithelium maturation is disrupted in ciliopathy patient cells. Cell Rep. 2018;22(1):189-205.

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous