Le téprotumumab efficace dans l’ophtalmopathie de la maladie de Basedow

 

 Jusqu’à présent, il n’existait aucun traitement satisfaisant pour l’ophtalmopathie basedowienne. L’éventail thérapeutique incluait corticostéroïdes, immunosuppresseurs et ­chirurgie pour réduire la pression de ­l’orbite mais avec une efficacité limitée et des effets secondaires.

 

Une étude américaine apporte cependant un nouvel espoir : les chercheurs ont suivi 88 patients qui se sont vus administrer soit un ­placebo, soit du téprotumumab, un inhibiteur du récepteur à l’IGF-1 (huit injections en intraveineuse, espacées chacune de 3 semaines). Et 69% de ces derniers (contre 20% des patients sous placebo) ont répondu positivement au traitement au bout de 24 semaines (43% contre 4% dès 6 semaines) : leur exophtalmie et leur clinical activity score ont diminué. Quant aux effets secondaires, ils sont faibles puisque seule une ­hyperglycémie chez les patients diabétiques a été observée mais contrôlée en ajustant le traitement du diabète. Un ­essai clinique de suivi est en cours pour confirmer les résultats et devrait s’achever en 2018.

Terry J, Smith TJ, Kahaly GJ, Ezra DJ et al. Teprotumumab for thyroid-associated ophthalmopathy. N Engl J Med. 2017;376(18):1748-61.

Les chercheurs Terry J. Smith et Raymond Douglas, de l’université du Michigan, ont démontré l’efficacité du téprotumumab. ©University of Michigan Kellogg Eye Center

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous