Le rituximab semblerait efficace dans l’orbitopathie dysthyroïdienne

 

Un article publié dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism[1] montre l’absence de rechute chez des patients atteints d’orbitopathie dysthyroïdienne modérés à sévères traités par rituximab, comparé à un taux de rechute de 20 à 25 % chez des patients ayant reçu le traitement standard de methylprednisolone par voie intraveineuse.

 

Le rituximab (MabThera, Roche) est un anticorps monoclonal chimérique dirigé contre la molécule de surface CD20 (présente sur la plupart des lymphocytes B). Il permet de diminuer de façon substantielle le nombre de lymphocytes B par un effet toxique direct sur ces cellules. Il est utilisé dans le traitement de la plupart des lymphomes B et la leucémie lymphoïde chroniques, mais également dans celui des formes sévères de certaines affections auto-immunes.

L’étude randomisée a porté sur 31 patients traités soit par methylprednisolone 7,5 g en dose cumulée IV, soit par rituximab 500 g ou 2000 g.

Les scores d’activité ont diminué avec les deux traitements, mais les résultats avec le rituximab étaient significativement meilleurs à 16, 20 et 24 semaines, sans différence significative entre les deux dosages. De plus, à 24 semaines, l’état de la totalité des patients du groupe rituximab s’était amélioré en comparaison des 69 % du groupe methylprednisolone.

Les scores de motilité de l’œil droit comme du gauche étaient meilleurs à 52 semaines.

Après 76 semaines, une intervention de chirurgie réparatrice avait été nécessaire chez 12 des 16 patients du groupe methylprednisolone contre 5 sur les 15 patients du groupe rituximab.

En conclusion, les auteurs recommandent l’utilisation du rituximab dans les centres spécialisés dans le traitement des orbitopathies dysthyroïdiennes, à la dose de 500 mg aussi efficace que celle de 2 000 mg et avec des risques d’effets secondaires moindres.


1. Mario Salvi et al. Efficacy of B-cell targeted therapy with rituximab in patients with active moderate-severe Graves’ orbitopathy:a randomized controlled study. J Clin Endocrinol Metab 2014. Publication en ligne 4/12/2014. doi: 10.1210/jc.2014-3014.

Pour voir l'abstract

L'accès à la totalité de la page est protégé.

Je m'inscris

Identifiez-vous