Le locus BAP1 déterminant dans l’évolution du cancer de l’uvée

Cela fait près de 30 ans que les spécialistes décrivent l’importance des anomalies sur les chromosomes 8q et 3 dans les cancers de l’uvée. Une équipe française de l’Institut Curie vient d’apporter sa pierre à l’édifice : elle s’est intéressée à la délétion partielle du chromosome 3 englobant le locus BAP1 et à son incidence sur le pronostic.

Dans une étude rétrospective, les chercheurs ont ainsi analysé 1 088 cas de cancer de l’uvée, dont 43 tumeurs avec une délétion partielle du chromosome 3. Et ils ont observé que chez les patients présentant ces tumeurs, le taux de survie sans métastase à 60 mois est de 33,6% contre 80,5% pour les patients ne présentant pas cette délétion. Les taux de survie à 60 mois sont quant à eux respectivement de 64,5% et 84,1%. Dans le détail, le taux de survie sans métastase chez les 43 patients avec délétion partielle du chromosome 3 est de 100% si la délétion n’englobe pas le locus BAP1 et si la tumeur ne présente pas de fragment de chromosome 8q supplémentaire ; de 70% si la tumeur a l’une de ces deux altérations et de 12,5% si elle présente les deux. Les taux de survie à 60 mois suivent la même tendance et sont respectivement de 100%, 80,8% et 46,7%. « Ces résultats suggèrent que la délétion partielle du chromosome 3 englobant le locus BAP1 est associée à un mauvais pronostic, concluent les auteurs. Une classification cytogénétique des cancers de l’uvée prenant en compte le statut du locus BAP1, au lieu de l’ensemble du chromosome 3, ainsi le fragment de chromosome 8q pourrait être proposée. »

Rodrigues M, Ait Rais K, Salviat F et al. Association of Partial Chromosome 3 Deletion in Uveal Melanomas With Metastasis-Free Survival. JAMA Ophthalmol. Published online January 02, 2020.